RMC

L'actrice française Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d'"harcèlement sexuel" et de "pédophilie"

L'actrice affirme qu'il y a eu des attouchements répétés entre 2001 et 2004 alors qu'elle avait entre 12 et 15 ans.

Adèle Haenel, actrice française doublement césarisée, accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’"attouchements" et de "harcèlement sexuel". Mediapart a publié hier soir une longue enquête sur ces gestes qu'elle considère clairement "comme de la pédophilie", alors qu'elle était mineure à l'époque des faits. Ceux-ci ont eu lieu lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans, entre 2001 et 2004, notamment après le tournage de son premier film "Les Diables", tourné avec lui. Qui avait entre 36 à 39 ans. Adèle Haenel dénonce "l’emprise" importante du cinéaste Christophe Ruggia.

L’actrice décrit un harcèlement sexuel permanent, des attouchements répétés sur les cuisses, le torse, des baisers forcés dans le cou, notamment à l'occasion de rendez-vous réguliers dans l'appartement parisien du réalisateur. Adèle Haenel a alors 12 ans, le réalisateur 36.

Pas d'action en justice

La comédienne décrit la peur qui la paralyse lors de ces rendez-vous. "Je ne bougeais pas, il m'en voulait de ne pas consentir", confie-t-elle. 

Des faits qui ont eu lieu après le premier tournage de l'actrice, pendant lequel de nombreux témoins décrivent déjà une relation d'emprise du cinéaste sur la jeune fille. "J’avais adhéré à sa fable du ‘nous ce n’est pas pareil, les autres ne pourraient pas comprendre’ », affirme l’actrice.

Via ses avocats Christophe Ruggia fait savoir qu'il réfute catégoriquement ces accusations. De son côté, Adèle Haenel veut dénoncer un système "de silence et de complicité". Mais elle ne souhaite pas porter l’affaire devant la justice. "Elle condamne si peu les agresseurs", explique-t-elle, "La justice nous ignore, on ignore la justice".

Martin Cadoret avec Guillaume Descours