RMC

La plateforme en ligne de signalement des points de deal connaît un succès stupéfiant

Tous les témoins de trafic de drogue peuvent déposer anonymement et via un chat en ligne des informations sur un éventuel trafic de drogue. Et le succès est au rendez-vous.

C'est un succès pour la plateforme numérique de signalement des points de deal de drogue. Plus de 1000 signalements ont été fournis aux autorités par les internautes via la plateforme moncommissariat.fr depuis son lancement il y a deux semaines, le 3 mars dernier.

Julie y a fait appel. Alors que des groupes de dealers occupent régulièrement son quartier, elle l'a signalé anonymement sur la plateforme en ligne de la police nationale: "Tout à l'heure en rentrant chez moi j'ai vu des transactions de crack avoir lieu, une rue avant la mienne". Et la réponse est immédiate, en quelques minutes seulement: "On me demande alors de décrire les personnes que j'ai vu".

>> A LIRE AUSSI - Ils volent 5.500 euros de chaussures, mais dépareillées

90 kilos de cocaïne saisis après un signalement

De l’autre côté de l’écran, on retrouve Loïc, un policier: "On discute en temps réel, comme dans n'importe quelle messagerie pour orienter et cadrer les informations fournies". Il fait partie des 25 fonctionnaires qui se relayent 24 heures sur 24 pour traiter les signalements: "En général la personne va nous dire où cela se passe, quels sont les modes opératoires, le nombre d'individus et éventuellement leur signalement ainsi que la fréquence des échanges".

Des informations qui sont ensuite vérifiées par des cellules de renseignements puis transmises à des services d’enquête. Et cela commence à payer explique la commissaire Caroline Mougnaud, responsable de la plateforme: "On a eu un certain nombre de renseignements qui semblent intéressants. L'un d'entre eux particulièrement a donné lieu à la saisie de 90 kilos de cocaïne dans le Pas-de-Calais". Depuis sa mise en ligne le 3 mars dernier la plateforme traite une centaine de signalements par jour.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi Gérald Darmanin a demandé la réouverture de la mosquée de Pantin

Mahauld Becker-Granier, Alfred Aurenche et Jean-Baptiste Bourgeon (avec Guillaume Dussourt)