RMC

Le député Jean-Baptiste Moreau (LREM) prédit que "la violence physique contre les élus va arriver assez rapidement"

Le député de la Creuse estime ce mercredi sur RMC qu'au vu du climat actuel et des nombreuses permanences de députés dégradées, les agressions envers les élus vont empirer.

Nos élus sont-ils détestés au point de se faire agresser physiquement? Le député de la majorité présidentielle Jean-Baptiste Moreau alerte ce mercredi matin contre les violences commises envers les députés et autres élus de la République. 

Agriculteur de formation, sa permanence a été dégradée cet été comme celles de nombreux élus LREM. Il explique sur RMC qu'il redoute une escalade de la violence pouvant aller jusqu'à l'agression physique.

S'il assure que le dialogue n’est "pas rompu" avec le monde agricole, donnant pour exemple sa participation récente à un concours agricole local, et précise qu'il ne faut "pas mélanger toutes les actions", il met tout de même en garde contre la radicalisation de la contestation en France.

"Quand je me fait traiter de traître par la FDSEA et les JA ça ne me va pas"

"Dans le climat actuel il faut faire attention aux actions que l’on mène car la violence physique contre les élus elle va arriver et assez rapidement je le crains vu le climat global qu’il y a en France aujourd’hui.
Quand je me fait traiter de traître par la FDSEA et les JA ça ne me va pas, quand il y a des affiches “Wanted” ou quand on me désigne comme un empoisonneur… Il faut discuter, mais il ne faut pas agiter les peurs."

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, invitée au même moment de Bourdin direct, assume les actions contre les permanences de députés en répercussion du vote du Ceta mais se désolidarise des violences commises cet été.

"J’ai appelé à l’apaisement dès le lendemain. Je n’aime pas les actions violentes, je les condamne, ce n’est pas le credo de la FNSEA. Mais il n’y a eu de feu, de saccage de la part des agriculteurs."
James Abbott