RMC

Lille: une enquête judiciaire ouverte après un contrôle de police qui tourne mal

ALERTE INFO

ALERTE INFO - RMC

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on peut voir plusieurs policiers utiliser une bombe lacrymogène contre un groupe de femmes et des enfants.

Le parquet de Lille a ouvert une enquête pour violences par personne dépositaire de l'autorité publique, après la diffusion sur Internet d'une vidéo montrant une intervention policière dans un quartier populaire de la ville, a-t-il indiqué jeudi. Elle a été confiée au service départemental de déontologie, discipline, application et méthode de la direction départementale de la sécurité publique du Nord, a précisé le parquet.

Sur la vidéo, présentée comme tournée lundi, on peut voir huit policiers intervenir sur une place, où sont présents notamment des femmes et des enfants, avec poussettes, vélos et trottinettes. Il fait jour.

Sans que le dialogue entre policiers et habitants ne soit audible, on voit un policier repousser un des membres du groupe. Le ton semble alors monter et l'un des policiers attrape d'une main l'une des femmes, sans que l'on distingue si c'est par les cheveux ou par le haut de ses vêtements dans son dos. Puis un autre utilise une bombe lacrymogène contre une autre femme qui intervient. On peut voir ensuite deux des policiers lancer "viens, viens", sans que l'on puisse dire à qui ils s'adressent précisément.

"C'est grâce aux images diffusées par des citoyens que les faits ont pu être dénoncés"

"C'est avec stupeur que les élu.e.s du Groupe Lille Verte ont découvert les images filmées par les riverains d'une intervention de la police nationale dans la quartier populaire de la Briqueterie, lundi soir à 19h30 à Lille Sud, alors que la vertu pédagogique des contrôles avait été mise en avant par le Ministère de l'Intérieur", a réagi jeudi le groupe d'opposition au conseil municipal. 

"Nous ne pouvons pas ne pas remarquer qu'une fois encore, c'est grâce aux images diffusées par des citoyens que les faits ont pu être dénoncés et qu'une enquête a pu être ouverte. Ce sont des images très violentes et graves qui apparaissent sur ces vidéos", affirme l'élue Mélissa Camara, citée dans le communiqué. 

>> A LIRE AUSSI - Vingt ans de prison pour un père qui planifiait depuis la prison le rapt et viol de sa fille

La rédaction avec AFP