RMC

Meurtre de Céleste à Nantes: il y a 20 ans, Kali avait été violée par le même homme

Presque 20 ans après les faits, une des victimes du tueur de Nantes constate que les pulsions violentes de cette homme ne sont pas guéries et plaide pour une refonte du système d'incarcération.

Ce vendredi, l’inspection générale de la justice doit rendre ses premières conclusions et évaluer le suivi socio-judiciaire d'un homme de 46 ans, mis en examen pour le viol et le meurtre d'une adolescente de 15 ans le 20 août dernier.

Déjà condamné en 2005 à 18 ans de prison pour une quinzaine de viols et tentatives de viol, le multirécidiviste était sorti de prison il y a quelques années. Presque 20 ans après les faits, Kali, l'une de ses premières victimes constate que les pulsions violentes de cet homme n'ont pas été guéries.

Il lui a fallu des années pour se reconstruire et aujourd’hui, elle est heureuse d'avoir surmonté son traumatisme, même si le meurtre de Nantes ravive des souvenirs douloureux: "Il y a 18 ans, j'avais eu peur de mourir parce que j'avais un couteau sous la gorge. Forcément ça a réveillé chez moi cette peur".

"Condamner sans guérir ça ne marche pas"

À l’époque, elle a 20 ans quand un homme, pénètre dans sa chambre et la menace avec un couteau pour la violer. Déjà, à l’époque, elle comprend que son agresseur, le multirécidiviste de Nantes, est malade:

"À la fin, j'ai pu lui dire qu’il avait un problème psychologique, qu’il fallait vraiment qu’il s'aide et qu'on pouvait l'aider. Il m'a demandé pardon et m'a dit: 'Tu n'as que te dire que c'est juste un cauchemar'".

Kali est aujourd'hui thérapeute. Elle n’en veut à personne, mais regrette que l’homme ait pu repasser à l’acte:

"Condamner sans guérir ça ne marche pas. C'est dans le système d'incarcération qu'il faut retravailler. Il faut prendre la responsabilité d'accompagner aussi ces personnes-là. On ne va pas tous les enfermer en attendant que par miracle ils s'auto-guérissent. C'est selon moi dangereux de penser comme ça".

En détention, l'homme a reconnu avoir violé puis tué Céleste, une jeune fille de 15 ans, le 20 août dernier en pleine journée dans un appartement désaffecté de Nantes où le corps a été retrouvé brûlé. Selon le procureur adjoint de Nantes, il aurait "exprimé une forme de regret".

Maxime Brandstaetter (avec Guillaume Dussourt)