RMC

Meurtre de Sarah Halimi: pas de procès pour le suspect, jugé pénalement irresponsable

RMC
Après plusieurs mois d'expertise, la chambre d'instruction a  conclu à "l'abolition du discernement" Kobili Traoré au moment des faits.

L'homme qui a tué Sarah Halimi, une sexagénaire juive, en 2017 a été déclaré jeudi pénalement irresponsable par la cour d'appel de Paris, qui écarte donc la possibilité de le juger aux assises comme le réclamaient les proches de la victime.

La chambre de l'instruction a tranché entre les expertises psychiatriques contradictoires du dossier et conclu à l'abolition du discernement de Kobili Traoré au moment des faits.

Dans la nuit du 3 au 4 avril dernier, Kobili Traoré s'était introduit à Paris dans l'appartement de sa voisine Sarah Halimi. Aux cris d'"Allah Akbar", entrecoupés d'insultes et de versets du Coran, le jeune homme l'avait rouée de coups sur le balcon, avant de la défenestrer. "J'ai tué le sheitan" (le démon, en arabe), avait-il hurlé témoignaient alors les voisins. 

En juin dernier, les trois expertises psychiatriques s'étaient accordées sur un point: le meurtrier présumé, ne souffre pas de maladie mentale. Il a agi ce soir-là sous l'effet d'une bouffée délirante, suite à une forte consommation de cannabis. Les médecins n'étaient alors pas en revanche pas d'accord sur la question du discernement. Le premier psychiatre avait considéré que la consommation de drogue avait seulement altéré le discernement du suspect. Les deux autres ont conclu, eux, à une abolition totale de discernement.

La rédaction de RMC (avec AFP)