RMC

Mort d'Yvan Colonna: en Corse, "la violence ne va pas retomber d’un coup"

L'heure est au recueillement en Corse après la mort d'Yvan Colonna, condamné pour le meurtre du préfet Claude Erignac en février 1998. Mais la colère gronde en Corse, alors que l'île a connu de violentes manifestations, dans la foulée de l'agression du militant nationaliste au sein de la prison d'Arles.

Sur le parvis tapissé de bougies, un groupe de chanteur se rassemble. Derrière un grand portrait en noir et blanc d’Yvan Colonna, ils entonnent l’hymne corse. Face à eux, la foule silencieuse est en deuil. Après la mort du nationaliste, condamné pour le meurtre du préfet Claude Erignac en 2018, la Corse a perdu l’un de ses symboles, regrette Nicolas (28 ans).

"C’est le recueillement, la famille a demandé à ce que l’on respecte le deuil, c’est ce qui sera fait. J’ai grandi dans une famille où l’on entendait parler d’Yvan Colonna en cavale, Yvan Colonna qui clamait son innocence. C’est le symbole du nationalisme en Corse. Tout le monde connaît Yvan Colonna, c’est le symbole, c’est une immense tristesse", assure-t-il à RMC.

"C’est une colère sourde et lourde"

Aucun slogan, aucune revendication ne monte face à la cathédrale. Mais un peu à l’écart, Antoine (68 ans), prévient que le calme revenu sur l’île ne sera que de courte durée.

"Ce sont des moments de recueillement par respect pour Yvan Colonna. Maintenant, après les obsèques, chacun prendra ses responsabilités. Il ne faut pas s’imaginer que la violence va tomber d’un coup. On n’est pas considéré en tant que Français à part entière et il est temps que les choses changent. C’est une colère sourde et lourde", prévient-il.

Un peu plus loin, plusieurs patrouilles de CRS en armes quadrillent comme d'habitude, chaque jour et chaque nuit, toutes les rues menant à la préfecture d’Ajaccio. Après l'agression d'Yvan Colonna il y a trois semaines au sein de la prison d'Arles, la Corse avait été marquée par de violentes manifestations à Bastia et Ajaccio, notamment.

Jean-Baptiste Bourgeon (avec G.D.)