RMC

Mort d’Yvan Colonna: "Il faisait son sport, il ne se mêlait de rien" témoigne un ancien codétenu

Après la mort d’Yvan Colonna, un ancien codétenu a contacté RMC pour témoigner ce mardi dans "Apolline Matin". Ismaël assure que le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité dans l’affaire de l’assassinat du préfet Erignac en 1998, était très discret en prison.

"Je suis ému qu’il soit parti parce que c’était quelqu’un de très, très gentil". Ismaël, qui a été condamné pour vol à main armée, a contacté RMC ce mardi pour témoigner dans "Apolline Matin" après la mort d’Yvan Colonna la veille, agressé il y a trois semaines à la prison d’Arles par Franck Elong Abé, qui purgeait plusieurs peines dont une de neuf ans d'emprisonnement pour "association de malfaiteurs terroriste". Le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité dans l’affaire de l’assassinat du préfet Erignac en 1998, était incarcéré à Arles depuis 2012. Ismaël assure l’avoir côtoyé dans cette prison de 2014 à 2016.

Selon cet ancien codétenu, les explications de l’agresseur sur un "blasphème" prononcé par Yvan sont de "grosses conneries". "Quand j’entends qu’on dit qu’il a blasphémé le prophète, ce n’est pas possible. Il faisait son sport, il ne se mêlait de rien. C’est incompréhensible, confie Ismaël à propos d’Yvan Colonna. J’ai été condamné pour vol à main armée. Je continuais à écrire à Yvan, on s’écrivait. Je ne pouvais pas demander le permis de visite parce que la directrice ne me l’aurait jamais donné. Le dernier échange, c’était il y a deux mois, quand il m’a envoyé les vœux."

"Le problème de la prison en ce moment, c’est qu’il y a trop de psychiatriques"

Ismaël, qui ne connait pas Franck Elong Abé, estime que ce dernier "aurait dû rester à l’isolement". "Il pouvait se trouver à la salle avec Yvan, les DPS (détenus particulièrement signalés) sont mélangés. Mais il n’aurait jamais dû s’y retrouver, il aurait dû rester à l’isolement. Le bâtiment où était Yvan, c’était un bâtiment particulier, on y met souvent des psychiatriques. Yvan était confronté à ça. C’est pour ça qu’il demandait le rapprochement en Corse depuis longtemps. Le problème de la prison en ce moment, c’est qu’il y a trop de psychiatriques. Tout est centralisé à Paris. Ils prennent des décisions qui ne correspondent pas à la réalité. Il y a une grosse responsabilité de l’administration centrale. Il y a la mort d’un homme, il faut qu’il y ait des conséquences." Ismaël va "sûrement" se rendre aux obsèques d’Yvan Colonna.

LP