RMC

Mort de Jeremie Cohen: deux hommes mis en examen et écroués

Le parquet de Bobigny a annoncé ce vendredi la mise en examen de deux jeunes hommes dans l'affaire de la mort de Jeremie Cohen, écrasé par un tram le 16 février après avoir été agressé. Ils ont été écroués.

Deux personnes mises en examen et écrouées dans l'affaire de la mort de Jeremie Cohen. Le 16 février dernier, cet homme de confession juive (31 ans) a été mortellement percuté par un tramway à Bobigny, alors qu'il fuyait après avoir été agressé. Le parquet de Bobigby a annoncé ce vendredi que deux hommes de 27 et 23 ans ont été mis en examen, pour "violences volontaires en réunion" pour l'un et "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" pour le second, et écroués. Ils avaient été placés en garde à vue mardi après s'être présentés spontanément à la police.

"Aucun élément objectif permettant de caractériser un motif discriminatoire, en particulier antisémite"

"Il n'existe toujours aucun élément objectif permettant de caractériser un motif discriminatoire, en particulier antisémite, à l'origine des violences", a indiqué le procureur de Bobigny, Eric Mathais. Les déclarations des deux suspects devant les enquêteurs, notamment sur la "chronologie des événements", suggèrent que "les violences seraient à mettre en lien avec le comportement de la victime, auquel ils auraient réagi en lui portant des coups", a précisé le parquet.

Jeremie Cohen, légèrement handicapé, a été renversé par le tramway après avoir été frappé par des jeunes. En arrêt cardio-respiratoire et victime d'un traumatisme crânien, il est décédé à l'hôpital quelques heures après. Après la médiatisation de ce drame, à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, les candidats Eric Zemmour et Marine Le Pen s'étaient interrogés sur le mobile potentiellement antisémite. Emmanuel Macron avait demandé une "clarté complète" sur cette affaire qui, avait-il ajouté, ne doit pas donner lieu à des "manipulations politiques".

LP (avec l'AFP)