RMC

Mort de Steve: "Mes clients sont tombés à l'eau du fait de l'intervention de police"

L'avocate de 89 personnes qui ont déposé une plainte collective contre l'intervention controversée des forces de l'ordre de la Fête de la musique à Nantes était l'invitée de RMC ce mercredi.

Me Marianne Rostan, avocate au barreau de Paris, défend plusieurs personnes présentes à Nantes lors de la controversée intervention policière le soir de la Fête de la musique. Elle porte la voix de 89 personnes qui se sont senties en danger et qui ont déposé une plainte collective contre l’intervention de la police ce soir-là, jour de la disparition de Steve Maia Caniço retrouvé mort le 29 juillet.

Le rapport de l’IGPN a été rendu public mardi et ne remet pas en cause l’action de la police, ce que dénonce l’avocate. Plusieurs personnes sont tombées à l’eau, mais "aucune des personnes repêchées" n'a par ailleurs déclaré être tombée à l'eau du fait de l'action de la police, selon le document de l'IGPN.

"Beaucoup de questions restent en suspens"

Le corps de Steve a donc été retrouvé mercredi plus d’un mois après la soirée et le rapport de la police n’établit pas de lien avéré entre l’action de la police et son décès.

“On ne peut pas établir de lien, mais ni exclure de lien entre l'intervention de la police et la mort de Steve”, nuance l’avocate ce mercredi sur RMC qui, en lisant le rapport de l'IGPN, n'arrive pas aux même conclusions. "Il y a beaucoup de questions qui restent en suspens".

"Il ne voyaient pas à un mètre"

"Ce que la plupart expliquent est que d'un coup il y a eu un nuage de lacrymogènes venu envahir le quai sans même que la plupart ait noté la présence des forces de l’ordre avant."

Elle représente deux personnes tombées à l’eau et estime que pour ces deux personnes c'est de la faute aux gaz lacrymogènes. 

"Ils expliquent qu’ils sont tombés parce qu’avec les gaz lacrymogènes ils ne voyaient plus à un mètre et qu’ils n’étaient plus capables de se diriger. C’est pour ça qu’il est difficile à entendre et à lire dans le rapport de l’IGPN qu’il n’y a pas de lien entre l’intervention et les personnes tombées à l’eau. Je ne parle pas de Steve. Il y a une Mais mes clients tombés à l’eau sont tombées du fait des lacrymogènes, et ça c’est bien l’intervention de police."
James Abbott