RMC

Mort de Zineb Redouane: l'IGPN a-t-elle sciemment oublié les images d'une caméra qui aurait filmé le tir?

Selon les avocats des enfants de la victime, l'IGPN a déclaré "hors-service" une caméra qui aurait filmé la scène et permettrait d'identifier le CRS responsable du tir.

La famille de Zineb Redouane a déposé vendredi une nouvelle plainte. Les enfants de la femme de 80 ans, mortellement blessée par un tir de grenade lacrymogène, alors qu’elle se trouvait à la fenêtre de son appartement lors d'une manifestation des gilets jaunes en décembre dernier, a également déposé plainte pour "faux en écriture publiques aggravées", soupçonnant les enquêteurs de l'IGPN d'avoir occulté les images d'une caméra de surveillance.

Selon maître Yassine Bouzrou, un des avocats des enfants de Zineb Redouane, les enquêteurs de l’IGPN auraient pu ne pas tenir compte sciemment des images d’une caméra qui aurait filmé le CRS à l'origine du tir mortel.

Le lance-grenade toujours pas expertisé

Cette caméra, très proche de la scène, a été déclarée hors service sur le PV de la police des polices, ce qui n’est pas "crédible" fait valoir l’avocat. 

Un soupçon qui s’ajoute à l’étonnement qu’aucun des 5 CRS qui disposaient de lance grenade ce soir-là n’ait été identifié comme le tireur par sa hiérarchie, alors qu’une autre caméra permet de le distinguer approximativement.

Six mois après les faits, le lance-grenade Cougar utilisé lors du tir n'a toujours pas été expertisé, laissant l'impression à la famille et leurs avocats que l'affaire tente d'être étouffée par la police et la justice française.

Lionel Dian (avec Guillaume Dussourt)