RMC

Nantes: deux hommes mis en examen pour viol en réunion après une agression sur une quadragénaire

(Illustration) Police nationale.

(Illustration) Police nationale. - DENIS CHARLET / AFP

Deux hommes de 17 et 27 ans ont été interpellés et mis en examen après une agression physique et sexuelle intervenue dans la nuit de vendredi à samedi à Nantes. Ils ont été retrouvés grâce à la vidéosurveillance.

Deux hommes mis en examen pour viol en réunion en état d'ivresse manifeste et placés en détention provisoire, ce lundi à Nantes. Ils sont soupçonnés d'avoir agressé sexuellement une quadragénaire dans la nuit de vendredi à samedi en pleine rue. La victime, qui "présente des traces de violences sur l'intégralité du corps" selon le procureur de Nantes, a une incapacité totale de temps de travail (ITT) de 10 jours.

Les deux suspects contestent les faits, mais les éléments à charge sont accablants. L'agression a duré plus de 5 minutes. Ce sont notamment les images de vidéosurveillance qui ont permis de confondre les deux suspects.

L'arrivée de passants alertés par les cris a fait fuir les agresseurs

On voit deux hommes s'en prendre à la victime qui se débat. L'un tient la quadragénaire pendant que l'autre la viole digitalement et réciproquement. La victime a tenté de leur échapper avant d'être rattrapée et de subir une nouvelle agression. Un troisième homme présent au moment des faits et suspecté au départ a été dédouané.

C'est l'arrivée de passants alertés par les cris de la victime qui ont mis en fuite les agresseurs. Les deux hommes ont été interpellés rapidement après les faits en état d'ébriété, il s'agit de deux réfugiés soudanais en situation régulière âgés de 17 ans et 27 ans arrivés en France il y a quelques années. Ils étaient jusque-là inconnus de la justice.

Un troisième homme, un Soudanais en situation régulière de 27 ans, a aussi été interpellé samedi. "On lui reproche des faits de rébellion avec arme (...) lorsque les forces de l'ordre sont intervenues, il s'est débattu avec force et notamment avec arme, en faisant usage d'une pierre à l'encontre d'un fonctionnaire de police qui a été blessé au niveau de la tempe", a expliqué le procureur. Il a été condamné en comparution immédiate ce lundi à quatre mois de détention à domicile.

Marion Dubreuil (édité par J.A.)