RMC

Nouvel an: pour empêcher les violences urbaines, Compiègne instaure un couvre-feu visant les mineurs

Les jeunes de moins de 16 ans non-accompagnés seront privés de sortie le soir du 31 décembre dans certains quartiers de Compiègne (Oise).

Le maire de Compiègne a pris lundi 27 décembre un arrêté municipal instaurant un couvre-feu pour les mineurs de moins de seize ans non-accompagnés le soir du nouvel an. Tous les quartiers de la ville ne sont pas concernés: seuls six lieux, ainsi que le centre-ville, seront interdits aux mineurs non-accompagnés entre 22h le 31 décembre et 6h du matin le 1er janvier.

L'objectif du maire derrière cette décision est d'empêcher les mineurs de troubler l'ordre public, dans une ville où les violences urbaines sont fréquentes. Le maire ajoute que les mineurs seraient "particulièrement impliqués dans des troubles à l’ordre public" ces derniers temps et "le contexte sanitaire actuel incite à limiter les rassemblements sur la voie publique".

"Ils se permettent de faire des choses car ils se disent qu'ils ne sont pas majeurs donc ne risquent pas grand-chose"

Nous avons rencontré Sullivan, qui a grandi dans le quartier Pompidou, l’un des secteurs concernés par le couvre-feu. Il juge cette mesure utile.

"Cela peut éviter les situations conflictuelles. Cramer des voitures, des feux d'artifice, provoquer les forces de l'ordre... C'est bien souvent les mineurs qui dans les quartiers se permettent de faire des choses car ils se disent qu'ils ne sont pas majeurs donc ne risquent pas grand-chose."

Le centre-ville sera aussi interdit aux moins de 16 ans non accompagnés. C’est là qu’habite Alassane.

"Je ne suis pas d'accord du tout. Pourquoi juste les mineurs? Soit on fait un couvre-feu pour tout le monde à partir de 22h, soit on ne fait rien. C'est ridicule."

"Les forces de l'ordre sont sans cesse prises à partie"

Depuis le 1er décembre, trois policiers ont été blessés à Compiègne lors de troubles impliquant des mineurs rappelle Arnaud Boutellier, du Syndicat de police Alliance dans le Nord.

"La délinquance, elle est de plus en plus jeune. Si ça peut aider les fonctionnaires de police à intervenir, bien évidemment que nous sommes preneurs. Les forces de l'ordre sont sans cesse prises à partie. La Saint-Sylvestre doit être une fête sans nuire aux autres. Il faut qu'on retrouve la tranquillité."

Depuis janvier 2021, selon les chiffres officiels, Compiègne a été le théâtre de 62 faits violences urbaines, dont 11 depuis le 1er novembre. Pour le 31 décembre, les mineurs en infraction seront systématiquement reconduits à leur domicile par la police.

Jean-Baptiste Bourgeon et Aymeric Dantreuille (édité par J.A.)