RMC

Crash du Rio-Paris: le procès s'ouvre, 13 ans après le drame

Le 1er juin 2009, le vol AF447 reliant Rio de Janeiro à Paris s'est abîmé dans l'Atlantique faisant 228 morts. Plus de dix ans après le drame, s'ouvre ce lundi le procès, avec sur le banc des prévenus la compagnie Air France et Airbus.

Treize ans après le crash du Rio Paris qui a provoqué la mort de 228 passagers et membre d'équipage, un procès s'ouvre ce lundi au tribunal judiciaire de Paris pour homicide involontaire. Sur les bancs des prévenus, il y a la compagnie aérienne Air France et le constructeur européen Airbus.

Le 1er juin 2009, le vol AF447 reliant Rio de Janeiro à Paris sortait brutalement des écrans radars. Quelques jours après, on retrouvait des débris de l'avion qui prouvaient qu'il s'était bien abîmé au milieu de l’Atlantique.

Treize ans après les faits, le traumatisme des proches est toujours vivace. Le 1er juin 2009, Ophélie Toulliou était en famille pour fêter l'anniversaire de son père. Il n'attendait que le retour de son grand frère Nicolas en voyage au Brésil.

“C’est la fiancée de mon frère à l’époque qui va nous appeler pour nous informer de la disparition de ce vol et que Nicolas est dedans. Moi j’ai le souvenir malheureusement des cris de ma mère. Sur le coup on ne comprend pas très bien parce que c’est quelque chose d’assez inédit un avion qui disparaît”, explique-t-elle.

Des incidents ignorés?

Depuis, Ophélie a besoin de réponses pour pouvoir faire son deuil. L'instruction a permis d'établir un défaut de givrage des sondes pitots sur l'avion, ce qui a pu tromper les pilotes sur la vitesse en vol. Air France et Airbus avaient été avisés d'une dizaine d'incidents par le passé.

Mais rien n'a été fait, déplore Me Sébastien Busi l'avocat de l'association entraide et solidarité AF447.

“Ça constitue le fait répréhensible qui est assimilé par la justice à un manquement, une négligence qui a entraîné le décès de 228 personnes”, appuie-t-il.

La compagnie Air France comme le constructeur Airbus contestent toute faute pénale à l'origine de l'accident.

Marion Dubreuil avec Guillaume Descours