RMC

Patrick Balkany pourrait-il sortir de prison ce mercredi?

Incarcéré depuis deux mois , le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany saura mercredi matin si sa deuxième demande de mise en liberté est acceptée. Mais même si elle est acceptée, il pourrait rester en détention.

C'est ce mercredi que Patrick Balkany sera fixé sur sa deuxième demande de mise en liberté. Si elle lui est accordée par la cour d'appel de Paris, le désormais ex-maire de Levallois (Hauts-de-Seine) devra s'acquitter d'une caution de 500.000 euros pour sortir de prison, condition fixée dans la première demande de mise en liberté, déjà acceptée.

"500.000 euros à trouver, c’est très difficile", s'était inquiété Patrick Balkany devant les juges, la semaine dernière. Qu'à cela ne tienne, à Levallois, la solidarité s'organise. Des habitants ont créé une association, l'Association de soutien à Patrick Balkany (ASPB) pour récolter les fonds nécessaires à sa libération.

Patrcik Balkany est emprisonné à Paris depuis le 13 septembre, il a été condamné à quatre ans de prison ferme pour "fraude fiscale" à 5 ans pour "blanchiment", et dix ans d'inéligibilité. Il a fait appel mais reste en détention.

Le "Balkanython", la collecte lancée, aurait recueilli à ce jour un peu moins de 75.000 euros

La Cour d’appel de Paris a déjà réclamé des conditions strictes à sa sortie, notamment le fait de séjourner dans l’Eure et de ne plus pouvoir se rendre dans les Hauts-de-Seine.

Même si cette deuxième demande est acceptée par la cour, Patrick Balkany pourrait ne pas sortir de prison ce mercredi, il a d'ailleurs annoncé ne pas vouloir se rendre à l'audience.

Selon Isabelle Balkany, ils n'ont pas l'argent nécessaire pour payer la caution. Le "Balkanython", la collecte lancée, a recueilli un peu moins de 75.000 euros. L'association qui en est à l'origine n'aurait pas pu ouvrir de compte en banque. Une procédure à la Banque de France serait d'ailleurs envisagée.

Patrick Balkany pourrait donc rester en détention jusqu'au procès en appel du premier volet, la fraude fiscale, qui débute le 11 décembre prochain. Ou bien sortir avant, le jour du paiement de cette somme à laquelle pourrait venir s'ajouter une seconde caution, si la cour le décide dans le cadre d'un deuxième contrôle judiciaire ce mercredi.

Gwladys Laffite (avec J.A.)