RMC

Policier fauché par un fourgon près de Lyon: "La volonté de tuer était sans ambiguïté"

Le policier percuté volontairement par un fourgon dans la nuit de vendredi à samedi à Bron, près de Lyon, est décédé lundi après-midi des suites de ses blessures. Denis Jacob, du syndicat Alternative Police, était l'invité de RMC.

"Un tsunami de colère et de tristesse": l'émotion est particulièrement forte après la mort, lundi, du policier percuté volontairement par un fourgon dans la nuit de vendredi à samedi à Bron, près de Lyon.

Si l'enquête se poursuit pour appréhender le conducteur du fourgon qui l'a délibérément fauché vendredi soir, le syndicat Alternative Police fait part dans un communiqué de sa "grande tristesse mais aussi (de sa) terrible colère".

Sur RMC, Denis Jacob, secrétaire général du syndicat, estime qu'il s'agit d'un "onde de choc dans la police. Un tsunami de colère et de tristesse". Selon lui, "La volonté de tuer un policier était sans ambiguïté". 

Le parquet a indiqué que les faits ont été requalifiés après la mort du policier en "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique". 

Il était alors 2h du matin, lors d'une intervention à Bron pour interpeller des individus suspectés d'être impliqués dans une affaire de vols aggravés en bande organisée et placés sous surveillance depuis plusieurs mois. Franck Labois, 45 ans, qui appartenait au Groupe d'appui opérationnel (GAO) à la Sûreté départementale du Rhône, a alors été volontairement fauché par le conducteur d'un fourgon, l'un des deux véhicules ciblés par les policiers.

Jean-Baptiste Bourgeon avec Xavier Allain