RMC

Pourquoi Nicolas Sarkozy ne devrait pas finir en prison malgré sa condamnation

L'ancien chef de l'Etat a été condamné lundi à trois ans de prison, dont 12 mois ferme, pour corruption.

Une condamnation qui rentre dans l'histoire. Nicolas Sarkozy a été condamné lundi à 3 ans de prison dont 12 mois ferme pour "corruption et trafic d'influence" dans l'affaire dite des "écoutes". C'est le premier ancien président de la République à être condamné à de la prison ferme.

Pourtant il ne devrait pas se retrouver derrière les barreaux. Pour deux raisons: d'abord parce que sa peine est entièrement aménageable. Nicolas Sarkozy pourrait donc rester en liberté avec un bracelet électronique à la cheville par exemple.

Le procès Bygmallion en ligne de mire

Mais l'ancien président fait appel. Un appel suspensif. Ce qui veut dire qu'il y aura un nouveau procès probablement l'an prochain et qu'en attendant toutes les peines prononcées lundi sont suspendues.

Pour l'ancien chef de l'Etat comme pour son avocat Thierry Herzog qui va donc pouvoir défendre Nicolas Sarkozy à la fin du mois dans le procès Bygmalion malgré son interdiction d'exercer prononcée lundi pour 5 ans.

Pierrick Bonno