RMC

Rats, cafards, surpopulation: à la prison de Toulouse-Seysses, des conditions d'incarcération "inacceptables"

Cette surpopulation rend difficile d’organiser des activités ainsi les détenus se retrouvent à passer en moyenne 22 heures par jour à trois dans une cellule de 10m2. Sans compter les rats et les cafards.

La prison de Toulouse-Seysses atteint niveau de surpopulation carcérale "inacceptable” selon un rapport du Contrôleur général des lieux de privation de liberté. Il dénonce "un taux d'occupation de 186%" avec 898 détenus pour 482 places dans le quartier des hommes. "173 d'entre eux dorment sur un matelas posé sur le sol".

>> A LIRE AUSSI - Surpopulation carcérale: "On ne peut pas faire plus de deux pas dans ma cellule"

Tous les jours, il rentre et sort de la prison de Toulouse Seysses, Jérôme Combelles du syndicat FO pénitentiaire est gardien et tous les jours, il retrouve l’enfer de la surpopulation.

“Ils sont trois en cellule dans à peu près 10 m2. Il y a entre 120 et 130 détenus par étages avec un seul surveillant. Pour aller sur les bâtiments, on croise forcément par moments des rats”, indique-t-il.

Problèmes de santé

Des rats, mais aussi des cafards et des punaises au milieu de détenus. Certains en perdent la santé, maître David Nabet Martin est l’avocat d’un détenu, incarcéré depuis plusieurs semaines.

“J’ai notamment le cas d’un client qui est détenu qui a perdu sur une courte période de 20 jours 15 kilos. Il y a plusieurs facteurs. Il a de très grandes difficultés pour s’alimenter. Seulement deux repas sont servis par jour avec des rations très petites et des aliments de mauvaise qualité. Et en plus il n’y a aucun suivi médical”, assure-t-il.

Dans son rapport, le contrôleur général des prisons réclame des mesures urgentes concernant la surpopulation, la désinfection des cellules et l'accès aux soins.

Maxime Brandstaetter avec Guillaume Descours