RMC

"Refaire confiance peu à peu en la Justice": le soulagement de la famille des victimes d'un accident causé par un gendarme ivre

La famille du couple de septuagénaires tué dans un accident de la route par ce gendarme est soulagée que les collègues soient poursuivis pour "abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit".

Trois gendarmes sont renvoyés devant un tribunal correctionnel pour avoir laissé un de leurs collègues prendre la route alors qu’il était ivre. Hors-service au moment des faits, ce militaire avait été impliqué dans un carambolage mortel en février 2019 près de Bourgoin-Jallieu, dans le nord de l'Isère.

Le gendarme responsable de l’accident a écopé de 3 ans de prison dont la moitié ferme en comparution immédiate 48h après les faits. Il avait 2,54 g d’alcool par litre de sang au moment d'avoir causé ce carambolage qui a coûté la vie à un couple de septuagénaires.

A l’époque ses collègues gendarmes n’ont pas été inquiété par la Justice. Ce qui a indigné les enfants du couple décédé qui ont déposé plainte pour "homicide involontaire" et "non-empêchement d'un délit" contre quatre gendarmes.

"La famille des victimes commence peu à peu à refaire confiance en la Justice"

Ce renvoi de 3 de ses collègues gendarmes devant le tribunal correctionnel sonne comme un début de victoire pour la famille endeuillée.

"Ils commencent peu à peu à refaire confiance en la Justice", se réjouit leur avocat. Ces 3 frères et soeurs ont perdu leur parent dans l’accident causé par un gendarme en état d'ébriété.

Et en février 2019, juste après les faits, le juge condamne donc à 3 ans de prison le gendarme meurtrier mais dans le même temps il explique à cette famille, que ses 4 collègues ne peuvent être tenus responsables de la mort de leurs parents. Alors même qu’en étant force de l’ordre ils ont laissé leur camarade, manifestement alcoolisé reprendre le volant.

Une injustice aujourd’hui réparée. Il y aura bien un procès pour ces gendarmes. Ils sont poursuivis pour "abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit" .

Et s’ils sont condamnés, la jurisprudence pourrait même considérer que ceux qui laissent conduire quelqu’un d'alcoolisé auraient maintenant une responsabilité dans l’accident qu’il cause anticipe leur avocat.

Maxime Brandstaetter (avec J.A.)