RMC

Soupçons de conflits d'intérêts: le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti mis en examen

-

- - MARTIN BUREAU / AFP

Eric Dupond Moretti est soupçonné d'avoir profité de son poste de ministre pour régler des comptes dans des dossiers dans lesquels il avait été impliqué en tant qu'avocat.

Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a été mis en examen vendredi pour prise illégale d'intérêts par les magistrats de la Cour de la justice de la République chargés d'enquêter sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités de pénaliste, ont annoncé ses avocats. 

"Sans surprise, il a été mis en examen", a déclaré à la presse l'un des avocats du ministre, Me Christophe Ingrain, à l'issue d'un interrogatoire de près de six heures. Cette mise en examen est inédite pour un ministre de la Justice en exercice. Dans la foulée, le Premier ministre Jean Castex a annoncé qu'il renouvelait "toute sa confiance à Eric Dupond-Moretti".

"Le Premier ministre lui renouvelle toute sa confiance et lui demande de poursuivre l'action de réforme et de confortement des moyens accordés au service public de la Justice", a écrit Matignon dans un communiqué.

Vieille affaire

Eric Dupond Moretti est soupçonné d'avoir profité de son poste de ministre pour régler des comptes dans des dossiers dans lesquels il avait été impliqué en tant qu'avocat.

Pour bien comprendre cette affaire, il faut revenir quelques années en arrière. Nicolas Sarkozy est alors accusé de corruption et l'ancien président de la République aurait alors bénéficié d'informations confidentielles sous le manteau. 

Des magistrats décident alors de mettre sous écoute de grands avocats parisiens pour tenter d'identifier la taupe. Eric Dupond-Moretti fait partie de ces personnalités. Il dénoncera avant son entrée au gouvernement des méthodes de barbouzes avant de diligenter une enquête administrative contre ces mêmes magistrats une fois nommé au ministère de la Justice.

>> A LIRE AUSSI - Qu'est ce que la cour de justice de la République, devant laquelle Eric Dupond-Moretti était convoqué

La rédaction avec AFP