RMC

Un aide-soignant agresse huit résidents d'une maison de retraite: "Mon père a peur qu'il revienne"

TEMOIGNAGE - Un aide-soignant d’un Ehpad de Mandelieu-la-Napoule, dans les Alpes-Maritimes, a été mis en examen pour "violences volontaires sur personne vulnérables". Il est accusé d'avoir frappé, parfois très violemment, huit pensionnaires d'une maison de retraite., dont le père de Catherine, atteint de la maladie de Parkinson et âgé de 87 ans.

"Mon père a été agressé par un aide-soignant. Il a reçu des coups à la tête, à l'oreille, aux bras, aux jambes… Il a été bien frappé. Il a eu un hématome à la tête pendant très longtemps. Il a aussi eu l'oreille bleue pendant de longues semaines. Il a eu des pansements sur les bras, mais je ne sais pas ce qu'il y a eu… Il en a aussi eu aux genoux. Il a eu très peur et a été très choqué et depuis il ne peut plus se déplacer avec son déambulateur. Il est très fatigué. Il ne peut plus se lever tout seul, il faut l'aider. Et il est très souvent en fauteuil roulant. Alors qu'avant il arrivait à faire tout cela. Difficilement, certes, mais il y arrivait.

"Je veux savoir la vérité"

Il dit qu'il a peur qu'il revienne… Il a beaucoup de colère. Il a dit à ma mère, le lendemain, qu'il voulait le tuer. Il a dit 'Je vais le tuer' en parlant de la personne qui l'a agressée. Nous avons, nous aussi, été très choqués. Je ne peux pas admettre de voir mes parents comme ça. C'est pour ça que je veux connaître la vérité. Or, on ne nous dit strictement rien. On apprend pas mal de choses par des ouï-dire mais nous n'avons aucune nouvelle du maire. Il ne s'est jamais déplacé pour rencontrer les familles, ne serait-ce que pour nous parler.

On n'a reçu aucun coup de téléphone, aucun courrier pour nous rassurer, pour nous dire de ne pas nous inquiéter, que l'affaire était en cours. Rien de cela. Aujourd'hui, on se pose donc des questions sur la personne qui a été embauchée. On ne sait pas qui s'est. Je veux savoir la vérité. Est-ce qu'il n'y a pas aussi eu une erreur de la part de la mairie d'avoir embauché cette personne? Est-ce que cette personne avait des antécédents? Il paraîtrait que oui, qu'elle aurait déjà agressé une personne, qu'elle serait décédée.

"Tout ça est quand même bizarre"

Mais tout ça ne sont que des bruits qui courent car on ne sait rien, on ne nous dit rien. Et quand on pose des questions, on nous répond: 'L'enquête est en cours'. C'est tout. Tout ça est quand même bizarre. Je pense qu'il y a beaucoup de zones d'ombres. On est obligé de tout faire par nous-mêmes. J'ai donc décidé de prendre les choses en main. J'essaye d'interroger des personnes, d'avoir des informations à droite, à gauche. Je ne peux pas tolérer que l'on puisse s'attaquer à des personnes âgées. J'ai mis mon papa dans cette maison pour qu'il soit en sécurité, que l'on s'occupe de lui parce qu'on ne pouvait plus à cause de sa maladie. Ce n'est pas pour qu'il se fasse agresser par un membre du personnel.

Je vais me constituer partie civile. Et s'il y a une faute de la mairie, il faudra que l'on se retourne contre elle. Il faut qu'elle prenne ses responsabilités donc je suis prête à aller jusqu'au bout de cette affaire. A priori, il y a eu une dame qui a eu des plaies ouvertes et transportée en urgence à l'hôpital. Elle aurait eu 20 points de suture. Un monsieur a eu une fracture de la hanche, un autre une déchire à l'aine et les autres personnes ont pris des coups un peu partout sur le corps".

Maxime Ricard avec Elodie Messager