RMC

Un cabinet comptable victime d'une escroquerie de plusieurs millions d’euros

RMC
Une association de gestion et de comptabilité de la Marne a découvert l'existence de virements frauduleux de plusieurs millions d'euros.

C'est une technique connue de l'"arnaque au faux président". Une enquête pour "escroquerie en bande organisée et blanchiment de fonds" contre X a été ouverte après une arnaque de plusieurs millions d'euros découverte par un cabinet comptable de la Marne, a indiqué vendredi le parquet de Châlons-en-Champagne, confirmant une information du quotidien l'Union, ainsi qu'un communiqué de l'association basée à Châlons.

Dans ce communiqué, que RMC a pu consulter, le CDER indique que "Profitant des conditions inhabituelles liées à la Covid-19 qui privilégient le télétravail et les relations à distance, des escrocs étrangers de haut niveau ont monté à l’encontre du Président et de CDER une arnaque financière, dont le préjudice porterait pour l’association sur plusieurs millions d’euros".

L'enquête, confiée à la police judiciaire de Reims, fait suite à deux plaintes déposées par le CDER, une association de gestion et de comptabilité installée à Châlons-en-Champagne et travaillant notamment pour le monde agricole et viticole champenois, pour "escroquerie et usurpation d’identité".

Plusieurs auditions ont déjà été réalisées et, selon Eric Follet, directeur général du CDER contacté par l'AFP, un compte bancaire vers lequel les fonds escroqués ont été envoyés aurait été identifié en Allemagne.

"J'ai saisi rapidement le magistrat de liaison et demandé une demande d'entraide internationale pour obtenir le gel des fonds", a indiqué à l'AFP la procureure Ombeline Mahuzier, selon laquelle plusieurs comptes ont été identifiés.

"Des escrocs étrangers de haut niveau"

"Cette escroquerie est bien plus subtile qu'une simple cyber-attaque. D'ailleurs, toute notre architecture informatique a été préservée", souligne le directeur général du CDER. Les escrocs se faisaient passer pour le président du CDER et un avocat pour convaincre, après plusieurs semaines de manipulation et pressions psychologiques, la personne responsable des virements de réaliser le virement frauduleux.

"Les escrocs ont expliqué qu'il s'agissait d'une opération ultra-secrète pour contraindre cette personne à réaliser un virement sans passer par les procédures de sécurité interne. La banque a elle aussi sauté ses propres procédures internes", a précisé le directeur général du CDER à l'AFP. 

AFP avec J.A.