RMC

Une amende forfaitaire pour les squatteurs de halls d'immeuble expérimentée dans six villes

La cité Pablo Picasso à Bobigny

La cité Pablo Picasso à Bobigny - AFP

L'amende forfaitaire de 200 euros pour les squatteurs de halls d'immeuble va être expérimentée dès ce mardi dans six villes. Sont concernées Marseille, Créteil, Foix, Lille, Reims mais aussi Rennes.

Une amende pour les gouverner tous. Après la mise en place d'une amende pour consommation de cannabis, les autorités innovent encore avec une amende forfaitaire pour les squatteurs de halls d'immeubles. Cette expérimentation, menée dans 6 villes de France (Marseille, Rennes, Créteil, Foix, Lille et Reims), veut sanctionner d'une amende de 200 euros, toute occupation des parties communes des immeubles.

A Rennes dans certains quartiers, l'occupation des halls d'immeubles est une véritable plaie pour les habitants: "J'ai peur le soir moi. Ils attendent qu'on ouvre la porte et parfois il y a des trucs de cassés", témoigne Marie-Louise. "Il y a des dealeurs partout, parfois ils urinent dans les ascenseurs tout neuf. Et si on parle, ils nous menacent", déplore une autre.

Mais la menace d'une amende de 200 euros laisse plutôt sceptique, notamment Souhayb Jdidi, animateur à la MJC du quartier de Bréquigny à Rennes: "Si des jeunes squattent, c'est peut-être des jeunes qui souhaitent avoir une structure ouverte en soirée. Ce n'est pas par des amendes que ça va régler le problème, surtout qu'ils n'ont sûrement pas de ressources pour payer ces amendes".

"Des sanctions certes pas très élevées mais systématiques"

Régler le problème de l'occupation des halls, c'est déjà ce que prévoit la loi de 2003, laquelle puni de 3750 euros et de deux ans de prison le fait de squatter des parties communes. Seulement voilà, les procédures sont parfois longues quand l'amende forfaitaire est, elle, une sanction immédiate:

"Ce qui dissuade c'est le fait d'avoir plus de certitudes d'être sanctionné par des sanctions certes pas très élevées mais systématiques", croit savoir Philippe Astruc, le procureur de la république de Rennes.

Le gouvernement espère redonner de la tranquillité aux habitants de certains quartiers. Si le test mené dans 6 villes de France s'avère concluant, l'amende forfaitaire sera étendue à l'ensemble du territoire en 2022.

>> A LIRE AUSSI - Une amende au forfait pour sanctionner les consommateurs de cannabis ou de cocaïne

Jules Housseau (avec Guillaume Dussourt)