RMC

Victime de violences de la part de son père, le calvaire de Simone pour changer de nom de famille

-

- - -

RMC S'ENGAGE POUR VOUS - Simone a contacté RMC pour faire part de sa longue procédure de changement de nom qui patinait. La situation se débloque enfin après un calvaire de trois ans et demi.

Un nom dont elle ne veut plus. Simone a contacté RMC pour faire part de sa longue procédure de changement de nom. C'est celui de son père, maltraitant, qui lui a, dit-t-elle, fait subir ce qu'on peut imaginer de pire. Alors, il y a 3 ans et demi elle dépose une demande pour changer de nom.

"C'est un nom qui est synonyme pour moi de souffrance, ça évoque trop le passé. Manipulation psychologique, violence physique... C'était une personne inhumaine. je ne peux pas continuer à porter le nom d'une personne inhumaine. Ce passé se répercute sur ma vie d'adulte et je ne trouve ma place dans cette société. C'est trop dur à expliquer, mais il faut que je quitte ce nom."

Cette demande c'était il y a 3 ans et demi, et pas de nouvelles depuis

Pourtant elle a fait tout ce qui fallait: elle a publié sa demande au Journal Officiel et dans un journal d'annonces, et ensuite elle a écrit en lettre recommandée au ministère de la Justice. Elle a mis en avant la souffrance que ce nom lui inspire, et aussi les discriminations dont elle a été victime à cause de ce nom, et elle s'attendait à avoir une réponse dans l'année comme l'indique le site internet du ministère de la Justice.

"La suite des démarches? On est sensé vous faire un retour par recommandé en donnant un avis positif ou négatif. Non seulement je n'ai pas eu de recommandé, mais même pas un courrier simple ou un appel ou quoi que ce soit."

C'est compliqué de changer de nom?

Sur le papier tout le monde peut faire une demande mais tout le monde ne l'obtient pas. L'année dernière il y a eu plus de 4.000 demandes et environ 60% seulement ont été acceptées.

Il y a des critères très précis il faut avoir un nom péjoratif, ou celui d'une personne connue ou un nom à connotation étrangère. Mais par contre, pour tous les motifs psychologiques le changement n'est accordé qu'exceptionnellement selon Ophélie Latil, juriste spécialiste des discriminations.

"C'est une situation fréquente de vouloir changer de nom, et de vouloir supprimer le nom du père pour celui de la mère. Malheureusement aujourd'hui c'est une procédure qui généralement n'aboutit pas ou très rarement. Ce qu'il faudrait c'est une loi qui permette d'avoir les deux noms dès le départ de façon automatique, comme ça on n'aurait pas à supplier un juge de donner le nom de notre mère."

Que faire pour Simone?

On a contacté le ministère de la justice pour savoir où en était la demande de Simone. On a reçu la réponse hier soir. Et on a vraiment une très bonne nouvelle puisque le changement de nom a été accordé à Simone et il même été accordé en octobre 2020 mais le ministère ne l'avait pas encore prévenue.

Elle devrait recevoir tous les papiers avant la fin de la semaine, et donc prendre le nom de sa mère.

>>> Comme Simone, contactez -nous à l'adresse suivante : rmcpourvous@rmc.fr

Marie Dupin (édité par J.A.)