RMC

Violences urbaines à Chanteloup-les-Vignes: le point sur l'enquête

Deux jeunes ont été interpellés après les violences commises samedi soir dans une commune des Yvelines.

La commune de Chanteloup-les-Vignes dans les Yvelines théâtre de violences urbaines ce samedi soir. Des policiers ont été pris pour cible et un chapiteau de cirque a été incendié.

Les affrontements ont débuté dès 19 heures dans le quartier de la Noé où une trentaine de jeunes ont lancé des projectiles, dont des cocktails Molotov, sur les forces de l'ordre.

Les forces de l'ordre qui ont aussi essuyé des tirs de mortiers jusqu'à 23 heures. Deux policiers ont été blessés légèrement au cours de ces heurts.

Ils étaient une trentaine samedi soir, visages dissimulés et armés de bâtons et de barres de fers

Les jeunes du quartier ont ensuite mis le feu à des containers poubelles et des lumières d'éclairage public. L'incendie du chapiteau s'est lui déclenché vers 22h30, ce qui a "calmé tout le monde" selon la police. Deux suspects ont été interpellés samedi soir et étaient toujours en garde à vue dimanche soir.

Le premier est un mineur de 17 ans, le deuxième “refuse de donner son identité” explique une source proche de l’enquête. Ces deux suspects ont été interpellés sur le lieux même des diverses dégradations. Ils sont entendus au commissariat de Conflans-Sainte Honorine notamment pour embuscade en réunion.

Comment retrouver les autres? Car ils étaient une trentaine samedi soir, visages dissimulés et armés de bâtons et de barres de fers. Les enquêteurs peuvent s’appuyer sur les témoignages des policiers présents et faire des enquêtes de voisinage. Des prélèvements devraient aussi être effectués sur les différents projectiles jetés sur les forces de l’ordre.

A cause des réseaux sociaux?

Une enquête qui doit aussi déterminer les motifs de ces émeutes. Certains policiers parlent d’un concours de violence envers les forces de l’ordre organisé sur les réseaux sociaux.

Pour d’autres, la cible serait les bâtiments culturels de la ville qui gênent les trafics de drogue. La maire de Chanteloup-les-Vignes évoque des menaces régulières visant je cite “à cramer” ces bâtiments.

Maxime Brandstaetter (avec J.A.)