RMC

80 ans de l’appel du 18 juin: toute la classe politique se dispute l’héritage du général de Gaulle

En ce 18 juin, toute la classe politique se réfère désormais au général de Gaulle: modèle de résistance et de concorde nationale. Pourquoi toute la classe politique qui se dispute l'héritage du général de Gaulle?

En ce 18 juin, toute la classe politique se réfère désormais au Général De Gaulle, modèle de résistance et de concorde nationale. Un mois, tout juste, après les commémorations de la bataille de Montcornet dans l'Aisne, Emmanuel Macron rend une nouvelle fois hommage au Général De Gaulle, à l'occasion des 80 ans de l'appel du 18 juin 1940. Mais au-delà de ces hommages, c'est toute la classe politique qui se dispute l'héritage du Général De Gaulle.

D'Emmanuel Macron, “De Gaulle nous dit que la France est forte lorsqu’elle se tient unie”, à Marine Le Pen, “face au grand péril, le salut n’est que dans la grandeur écrivait le Général De Gaulle dans ses mémoires de guerre”, en passant même par Jean-Luc Mélenchon, “j’ai dit à mes copains, trouvez moi quelque chose. Et vous savez quoi, ils m’ont trouvé du De Gaulle. Ben écoutez il y a pire comme recommandation”.

"Un idéal politique"

Meetings, commémorations, la classe politique n'a qu'un nom à la bouche. Pour l'Historien, Jean Garrigues, De Gaulle incarne encore un idéal politique.

“Il incarne des valeurs de rassemblement, il a toujours été populaire auprès de la majeur partie de la population. Il porte des valeurs d’intégrité morale donc il y a beaucoup de valeur qui s'agrège autour de la figure du Général De Gaulle et qui fait qu’il est un symbole, une sorte d’idéalité politique après laquelle on court”, assure-t-il. 

Mais la figure de De Gaulle n'échappe pas à la colère du moment. Des statues à son effigie ont été vandalisées, taguées notamment à Haumont dans le Nord, et en Seine-Saint-Denis ces derniers jours.

Paul Barcelonne avec Guillaume Descours