RMC

À la "convention de la droite", Marion Maréchal tente de faire sauter la digue entre les différents partis

Marion Maréchal veut abattre la digue entre les partis de droite et fédérer, des Républicains au Rassemblement national.

Environ 2000 personnes (selon les organisateurs) ont assisté hier à La Palmeraie à Paris, à la "Convention de la droite" organisée par les proches de l'ancienne députée Front National (2012-2017) Marion Maréchal.

La nièce de Marine Le Pen prône depuis des mois l'"union des droites" allant des Républicains au Rassemblement national : "Qui peut sincèrement imaginer que nos idées arriveront au pouvoir sans avoir préalablement brisé les barrières partisanes d’hier, ce que nous commençons aujourd’hui à faire avec la présence inédite d’élus Républicains et du Rassemblement national", a-t-elle plaidé dans un discours marquant son retour en politique.

La violente diatribe d'Eric Zemmour

Dans le public, des curieux et quelques militants pour qui la ligne rouge n'existe plus entre la droite et l'extrême-droite : "On est vraiment dans une double-face entre conservateurs et progressistes", assure l’un d’entre eux. "On a changé de monde et de paradigme, ce qui valait à l’époque ne vaut plus maintenant", renchérit un autre.

Pour rassembler, Marion Maréchal doit encore convaincre. Au final, très peu d'élus du Rassemblement national et des Républicains ont accepté l'invitation. Invité, le polémiste Eric Zemmour, récemment condamné pour provocation à la haine religieuse, a profité de la convention pour lancer une violente charge contre l'islam et les immigrés, évoquant au passage "la guerre de l'extermination de l'homme blanc hétérosexuel"...

Pierrick Bonno (avec Guillaume Dussourt)