RMC

A Montreuil et Bagnolet, la guerre des gauches fait rage

"Candidat en campagne" vous emmène mardi dans la 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis. Cette circonscription voit s'affronter 21 candidats avec un record inédit: plus de la moitié sont des candidats classés à gauche.

Sur les marchés, ils se livrent une bataille sans merci pour ravir le poste de député. A cheval sur les communes de Montreuil et Bagnolet, en région parisienne, la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis possède un record. Sur les 21 candidats aux élections législatives, plus de la moitié sont classés à gauche.

Pour convaincre les électeurs, Alexis Corbière, le médiatique porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, mise sur sa notoriété. Et l’accueil est plutôt bon. "Les gens ils me connaissent et pensent que c’est un atout en se disant ‘tiens Corbière on l’a vu, il était aux côtés de Mélenchon, quand il parle sa parole circule’. C’est plutôt un avantage".

"Les gens ne me voient pas qu’à la veille des élections"

Mais le candidat de la France insoumise agace ses rivaux. Quand il croise le député socialiste sortant Razzy Hammadi, les sourires sont crispés malgré les petites blagues. "Les gens ne me voient pas qu’à la veille des élections. Le fromager on le connaît. Celui qui vend le pain on le connaît. Notre ami italien qui vend des fleurs on le connaît. J’aurais souhaité qu’à défaut d’avoir vécu les problèmes des gens réellement ici mais aussi leurs espoirs, Alexis Corbière vienne au moins s’installer ici", tacle Razzy Hammadi.

De l’autre côté de la circonscription, voici encore un candidat de gauche, le candidat communiste Gaylor le Chequer. Lui non plus n'est pas tendre lui non plus avec Alexis Corbière. "Depuis 20 ans que je milite ici je ne l’avais jamais vu. Et depuis le début de la campagne on a dû se croiser deux fois. De mon point de vue ce sont des candidatures de division qui viennent semer le trouble et généralement les électeurs sanctionnent ceux qui portent ces divisions", assure l’adjoint au maire.

Cette confusion à gauche qui pourrait finalement profiter à Halima Menhoudj, la candidate de la République En Marche: "Certains candidats sont très divisés. Evidemment ça nous apporte beaucoup. On prône le rassemblement. J’essaie au maximum de sortir de cette guerre des gauche".

Marie Régnier (avec A.M.)