RMC

"C'est la pire connerie jamais inventée": Jérôme Lavrilleux pas convaincu par la primaire à droite pour 2022

LE DEBAT DES FORTES TÊTES - Chaque matin à 8h10 dans Apolline Matin, deux personnalités débattent avec les auditeurs de RMC d'un sujet d'actualité.

Embouteillage à droite pour la primaire en vue de 2022? Après Valérie Pécresse (ex-LR) et le maire LR de la Garenne Colombes Philippe Juvin, Eric Ciotti a annoncé sa candidature face à Jean-Jacques Bourdin ce jeudi matin. Cela porte à trois le nombre de prétendants ouvertement déclarés à cette primaire de la droite, que Les Républicains se résoudront à organiser si personne ne se dégage d'ici là.

A ces candidats pourraient s'ajouter Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, eux aussi représentants de l'aile droite de LR, ainsi que l'ancien négociateur européen pour le Brexit Michel Barnier, plus centriste. 

Une primaire qui ne convainc pas Jérôme Lavrilleux, ancien cadre de l'UMP.

>> A LIRE AUSSI - "Faire péter la primaire": de jeunes élus de droite mènent une opération sabotage

"C'est l'échec de la sélection naturelle d'un homme et d'un programme"

"Je crois que c'est la pire connerie qui n'ait jamais été inventée à droite la primaire. D'ailleurs la primaire s'est bâtie sur les cendres de la guerre Copé-Fillon. On est dans un parti d'essence gaulliste, organiser une primaire ça n'a aucun sens. Même au niveau institutionnel vu qu'on a deux tours d'élection présidentielle.
Nous on fait une primaire pourquoi ? Parce que Fillon n'a pas accepté d'avoir été battu par Jean-François Copé en 2012. (Ceux qui s'y présentent), c'est "3615 j'existe". Quand vous voyez le niveau des candidats, c'est juste pour dire: 'Attention, je veux bien être ministre de l'Intérieur ou de la Santé.'.
La primaire c'est l'échec de la sélection naturelle d'un homme et d'un programme qui se faisait habituellement. (...) Je suis pour la démocratie, mais contre la démocratie interne dans un parti politique. Quand on adhère à un parti on ne force personne."

"Il faut mettre les égo de côté"

Ingrid Levavaseur, aide-soignante et ex-leader de Gilets-jaunes, estime que ça peut être utile, mais que la multiplication des candidatures peut poser problème.

"Je ne crois pas trop en l'homme providentiel. Les primaires je suis quand même pour. Maintenant quand on voit le nombre de candidatures je me dis qu'il y'en a pas, d'hommes providentiels. Il faut mettre les ego de côté. Plus on va avoir de candidats et plus on est divisés dans son parti."
J.A.