RMC

"Faire péter la primaire": de jeunes élus de droite mènent une opération sabotage

INDISCRETION RMC - "RMC Politique, le journal du off", tous les matins 5h36 sur RMC: infos, coulisses, indiscrétions avec le service politique, pour tout savoir, tout comprendre à quelques mois de la présidentielle.

Le off du jour: c'est (déjà) la course à la présidentielle chez Les Républicains. La jeune garde de la droite voudrait bien se passer de primaire.

De jeunes élus de droite mènent une opération sabotage. Objectif, selon leur expression: "Faire péter la primaire", selon eux, "véritable machine à perdre".

"C'est une primaire de nains de jardins" éructe un député, "les querelles Retailleau-Bertrand-Wauquiez, c'est du pipi de chat, après Chirac-Pasqua-Seguin". Et ces jeunes élus ne le cachent plus, ils ont le blues.

"C'est quoi notre intérêt d'être passager clandestin d'un crash?" fait mine de s'interroger l'un d'eux, avant de conclure "Si on n'arrive pas à se mettre d'accord, alors qu'on peut être au 2nd tour, c'est qu'on est débiles"

Et il y en a un qui se frotte les mains, c'est Xavier Bertrand !

Le président des Hauts-de-France laboure le terrain: à la une de Paris-Match la semaine dernière, invité de deux matinales radio et télé cette semaine... "Bertrand a besoin de casser son image" observe un cadre de la droite, "il faut qu'il retrouve son côté terre à terre". Et le candidat parti le premier à droite s'invitera ce week-end à l'Assemblée Générale des Chasseurs du Pas-de-Calais. Les chasseurs, électorat toujours aussi prisé à droite.

Laurent Wauquiez, lui entretient le suspense: sera-t-il candidat à la primaire? C'est "l'énigme du jour".

Laurent Wauquiez escaladera dimanche le Mont Mezenc, le plus haut sommet de l'Ardèche. "Bien sûr qu'il a envie de se présenter, mais ça ne suffit pas" juge son entourage, très largement réélu à la tête de la région Auvergne-Rhône Alpes, l'ancien patron des LR a pesé le pour et le contre tout l'été, tiraillé entre ses relations particulièrement froides avec Xavier Bertrand, et la possibilité d'attendre 2027 pour se présenter. "Si pas de Wauquiez, pas de primaire" conclut un élu. 

Un autre candidat potentiel à la présidentielle à droite, Éric Ciotti a choisi RMC et BFM TV pour nous en dire plus sur ses intentions, rendez-vous à 8 heures 35 face à Jean-Jacques Bourdin. "Ciotti, ça ajoute au bordel" se marre un LR... Ambiance.

Et si finalement la solution s'appelait, Michel Barnier? C'est "le sage du jour" 

L'ex-négociateur du Brexit se persuade qu'il est l'homme du moment. "C'est un Macron qui aurait de l'expérience ose" son entourage qui l'imagine en recours - le fameux recours - face aux divisions. Commentaire cinglant d'un proche de Valérie Pécresse: "Barnier fait le pari que tout le monde va se foutre sur la gueule et qu'il emportera la mise".

Et pour y voir plus clair, quel est le calendrier?

Rentrée politique officielle des Républicains à La Baule, ce week-end... "Ca va être une salle de vieux qui diront que tout ça est de mauvais augure pour la présidentielle" se moque un parlementaire de droite.

Echéance suivante: lundi, avec le lancement d'un sondage IFOP pour tenter de mesurer la popularité des candidats déjà déclarés. Puis le 25 septembre, les 79.000 adhérents du parti devront dire s'ils veulent ou pas de la primaire. Bref, tout cela est bien difficile à suivre, d'ailleurs même chez LR, certains l'avouent: "Le paysage s'embrume et on ne comprend plus rien"

>> Retrouvez "RMC Politique, le journal du off", tous les jours en podcast

Paul Barcelonne