RMC

Ce serait impossible par les humains dans les délais: au coeur de l'entreprise qui analyse les contributions du Grand débat national

-

- - RMC

De très nombreuses contributions ont été faites sur le site du grand débat national. C'est la société QWAM qui va les analyser avec comme date butoir la restitution publique prévue deux semaines après la fin du grand débat, le 15 mars.

Le grand débat national, c'est plus d’un million de contributions sur le site internet: granddebat.fr. Et pour toutes les analyser, c'est la société Qwam a été choisie.

Pour la première étape, un ordinateur va analyser les textes, repérer des mots clefs, pour résumer les thématiques abordées. Ce qui n'empêche pas une intervention humaine. Christian Langevin est le directeur général de la société Qwam.

"Il y a des choses que le logiciel peut ne pas avoir reconnu donc la face de validation humaine, c’est de regarder effectivement ce qui est inconnu et d’améliorer le logiciel pour traiter ces cas particuliers", explique-t-il. 

Des délais très courts

Humain et ordinateur main dans la main, pour une raison simple. "L’utilisation de technologie avancée permet de traiter l’ensemble des contributions ce qui serait impossible par les humains dans les délais demandés", précise-t-il. 

Des délais qui sont d'ailleurs très courts. La restitution publique est prévue deux semaines après la fin du débat. Patrig Droumaguet collecte les données, les vérifie, voit passer des centaines de messages. Et il prend soin à les respecter à la lettre.

"C’est quelque chose d’important, c’est quelque chose d’assez inédit aussi parce qu’on a plus fait ça depuis la révolution. Je ressens une certaine fierté à contribuer à l’amélioration de la société future", affirme-t-il. 

Enfin dernière étape, l'institut de sondage OpinionWay publiera une synthèse, à partir, notamment des données récoltées par la société Qwaw.

Rémi Ink avec Guillaume Descours