RMC

Cédric Villani face aux "Grandes Gueules" de RMC: "On a l'impression d'assister à un casting plutôt qu'à une élection pour la mairie de Paris"

Pour les "GG", l'investiture LaREM dans la course à la mairie de Paris, s'apparente plus à "un casting" qu'à une vraie élection, alors que les problèmes de fond n'ont pas été évoqués.

Il n'en restera qu'un. À un an des élections municipales, la liste des candidats de La République en Marche pour accéder à la mairie de Paris se précise. Le 3 juillet dernier, c'est Mounir Mahjoubi, qui s'est désisté pour se rallier à Cédric Villani. 

Il ne sont désormais plus que trois candidats du parti au pouvoir engagés dans la course aux municipales. Le mathématicien et député de l'Essonne donc, mais aussi le vice-président de l'Assemblée nationale Hugues Renson et Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement qui aurait les faveurs d'Emmanuel Macron.

Les trois candidats doivent se rendre devant la Commission nationale d'investiture mardi à l'occasion d'un grand oral de 45 minutes et la réponse définitive pourrait être connue dès le lendemain.

Pour autant, la bataille des primaires passionne peu de l'aveu même de Hugues Renson: "Ça n’intéresse personne, arrêtons de nous regarder le nombril, de faire dans la tambouille interne".

"Pourquoi ne faites-vous pas votre primaire de votre côté et pas en public ?"

Un constat partagé dans les Grandes Gueules: "Pourquoi ne faites-vous pas votre primaire de votre côté et pas en public?", a demandé Fatima Aït-Bounoua à Cédric Villani sur RMC ce lundi, ajoutant s'être désintéressée de la bataille politique.

"On vous entend parler d’image, vous avez assuré avoir été "déçu" par la méthode d’Anne Hidalgo et pas forcément par ce qu’elle a fait sur le fond. Au sujet de la différence avec Griveaux vous évoquez des parcours différents, on a surtout l’impression d’assister à un casting plutôt qu’à une élection c’est-à-dire que les différences sont en surface et qu’il n’y a pas de différences idéologiques", a-t-elle continué.

Soutien d'Anne Hidalgo en 2014

"En politique il y a aussi la façon d’être, la capacité d’adhésion et le bilan. Quand vous embauchez quelqu’un pour un contrat vous ne regardez pas seulement ce qu’il promet vous regardez aussi ce qu’elle ou il a accompli", a justifié de son côté Cédric Villani.

Auréolé de la prestigieuse médaille Fields, le mathématicien, ancien soutien d'Anne Hidalgo à l'occasion des municipales de 2014, avait soutenu Emmanuel Macron lors des présidentielles avant de se faire élire député sous l'étiquette La République en Marche dans l'Essonne.

Guillaume Dussourt