RMC

"Chez nous, il aurait été exclu": Aurore Bergé tacle Adrien Quatennens et La France insoumise

Aurore Bergé, cheffe de file des députés Renaissance a assuré sur RMC-BFMTV que toute personne de son groupe qui serait condamnée pour des violences sexistes, sexuelles ou conjugales n'y aurait "plus jamais sa place".

La décision de La France insoumise fait polémique. Alors que le groupe LFI à l'Assemblée nationale a décidé d'exclure pour quatre mois Adrien Quatennens après sa condamnation pour violences conjugales, la présidente du groupe Renaissance Aurore Bergé a de son côté assuré que le député du Nord n'aurait "jamais" pu revenir sur les bancs de l'Hémicycle s'il avait appartenu à son groupe.

"La moindre personne qui, dans mon groupe, serait condamnée pour des violences sexuelles, pour des violences sexistes, pour des faits de violences conjugales, n'y aura plus jamais sa place", a déclaré la cheffe de file des députés de la majorité présidentielle sur RMC-BFMTV.

Ce mardi, Adrien Quatennens a été "reconnu coupable de violences conjugales" et condamné à quatre mois de prison avec sursis, "ce qui n'est pas rien quand même par rapport aux gestes qu'il a commis", a rappelé Aurore Bergé pour qui le seul "juge de paix" est "la vérité judiciaire".

"C'est lui qui est coupable"

Elle a également vivement critiqué "l'interview qu'il a osé donner le jour-même, le jour même de sa condamnation".

"Il a tenté une réhabilitation invraisemblable [...] Il a passé une heure à expliquer qu'il était la victime, qu'il était la victime d'un acharnement, qu'il était la victime d'un lynchage".

"C'est lui qui est coupable, ce n'est pas son épouse", a-t-elle insisté, évoquant "un message totalement contre-productif à toutes celles qui aujourd'hui sont les victimes" et qu'il faut encourager à porter plainte.

Interrogée sur Damien Abad, qui a été exclu du gouvernement mais siège parmi les députés Renaissance malgré plusieurs accusations de viol, Aurore Bergé a affirmé s'en tenir à "la ligne de la vérité judiciaire".

Elle a enfin assuré que si "une femme venait la trouver pour lui dire qu'elle était victime" elle ferait un signalement au procureur de la République "pour la protéger et potentiellement protéger toutes les autres".

Si Adrien Quatennens est exclu des bancs du groupe LFI jusqu'au 13 avril, il a expliqué mercredi qu'il reviendrait à l'Assemblée parmi les non-inscrits dès janvier.

Emilie Roussey avec AFP