RMC

Damien Abad: une plainte pour tentative de viol déposée, le ministre se défend et contre-attaque

Le ministre des Solidarités Damien Abad est visé par une plainte pour tentative de viol, et va de son côté déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse.

Les ennuis se poursuivent pour Damien Abad. Une plainte pour tentative de viol a été déposée au parquet de Paris contre le ministre des Solidarités, lundi. Trois femmes au total accusent le ministre de violences sexuelles.

Cette femme qui a déposé plainte lundi avait déjà anonymement témoigné à la mi-juin dans Mediapart. Elle a décidé de poursuivre sa démarche en justice "pour que ça ne se reproduise plus" explique son avocate.

Cette tentative de viol aurait eu lieu en 2010. C'est au cours d'une soirée chez lui que le ministre aurait tenté de violer la jeune femme, après avoir mis quelque chose dans son verre. Méfiante, elle est allée recracher sa gorgée aux toilettes. Un témoignage déjà publié par Mediapart il y a deux semaines, sous le nom d'emprunt "Leatitia".

Toujours selon ses dires, Damien Abad l'attendait derrière la porte et tout est allé "très vite": l'eurodéputé l'aurait "poussée dans une pièce en face" puis aurait tenté de la contraindre à une fellation. "J'avais peur, j'étais sidérée. Je me suis débattue, je l'ai frappé dans le ventre", raconte-t-elle. "Laëtitia" dit avoir finalement pu "se défaire" de son agresseur présumé et sortir de la pièce grâce à l'irruption d'un convive.

"Son handicap rend impossible les faits dénoncés", défend son avocat

A l'époque des faits présumés, la plaignante dirige une fédération locale d'un mouvement de jeunesse centriste. Alors que Damien Abad lui en est le président au niveau national. Cette plainte répond à l'appel de la Première ministre Elisabeth Borne qui avait invité les femmes accusant Damien Abad à se pourvoir en justice.

De son côté, le ministre des Solidarités dénonce une nouvelle fois des accusations mensongères et annonce qu'il va porter plainte pour dénonciation calmonieuse.

"Les faits qu'on peut lire sont absolument faux, il va pouvoir enfin expliquer devant la justice en quoi les faits qu'on peut lire sont impossibles, et qu'il n'a jamais commis les accusations immondes proférées contre lui. Ce qui est terrible c'est qu'on demande à un homme de se défendre en évoquant son handicap. C'est immonde. Son handicap rend impossible les faits dénoncés", explique son avocat Benoît Chabert sur RMC ce mardi matin.

Mahauld Becker-Granier (édité par J.A.)