RMC

Désinvesti aux législatives parce qu'il pose en travesti : "je ne pensais pas que ça ferait scandale à EELV"

-

- - DR

Le 10 mai dernier, Thierry Schaffauser poste sur Twitter une affiche de campagne pour les législatives sur laquelle il figure habillé en robe. Ce suppléant EELV dans la 17e circonscription de Paris est alors désinvesti. Il y voit une décision "discriminatoire". Pour EELV, l'affiche n'avait tout simplement pas été validée par le parti et la candidate titulaire Douchka Markovic.

Thierry Schaffauser est militant EELV depuis 2008, il est également travailleur du sexe:

"La photo a été prise il y a plus de deux semaines, au moment où tous les candidats en Île-de-France se faisaient photographier. Comme Douchka Markovic, la tête de liste EELV dans la 17e circonscription, est arrivée en retard tout le monde a eu le temps de voir ma tenue. Je l'avais prévenue et elle n'avait eu aucun problème. Et quand elle m'a vu en robe, elle a trouvé que j'étais très bien comme ça.

La photo a ensuite été mise sur le site où les candidats peuvent récupérer leurs photos de campagne. Je l'ai postée sur Twitter un matin, et l'après-midi, j'ai eu un message de Douchka Markovic qui me disait qu'il fallait refaire la photo parce qu'elle allait 'nous faire perdre des voix'. Sur le coup, je lui dis que nous n'étions pas à la Manif pour tous et qu'il faut tenir bon.

"Je me rends compte que ça prend des proportions pas possibles"

Je n'ai pas pu l'appeler tout de suite, et j'ai découvert le soir qu'elle voulait changer de suppléant. Le lendemain, j'ai essayé de l'appeler mais elle ne m'a pas répondu. Finalement, elle décide de démissionner, c'est là que je me rends compte que ça prend des proportions pas possibles. Le parti commence à m'accuser de tout et n'importe quoi. Je me rends compte qu'il y a une campagne de calomnie assez importante à mon égard.

Le parti la rattrape entre temps, elle reste finalement sur les listes en tant que titulaire mais moi je n'y suis plus, c'est Alice Timsit, la co-secrétaire du 19e qui va être co-suppléante. Je n'ai eu à ce jour aucun contact officiel à EELV, je suis informé par les gens que je connais.

Je pense qu'il y a un aspect discriminatoire là-dedans: il y a là-dedans des gens qui sont putophobes, des gens qui sont homophobes et des apparatchiks qui sont dans un trip de glaner le plus voix possibles. Il y a une ambiance un peu de fin de règne, car toute une partie souhaite fusionner avec Hamon et une autre partie qui veut rejoindre les Insoumis.

Je me rends compte que j'ai peut-être atteint les limites de ce que je pouvais faire avec le parti. J'ai investi beaucoup de temps dans cet engagement. Moi je suis dans la logique de défendre des idées, je pense qu'il y a des gens pour qui il ne faut pas prendre de risques.

"L'image gay-friendly d'EELV est peut-être abusive"

Je peux comprendre que la photo puisse heurter les fachos mais à l'intérieur du parti… Je pensais avoir des réactions négatives de l'extrême droite, des gens sur Twitter, mais je ne pensais pas que ça ferait ce scandale-là dans le parti. L'image gay-friendly d'EELV est peut-être abusive. Mais on a eu une conseillère d'arrondissement trans'. Je ne vois pas pourquoi on a reculé là-dessus. Je ne sais pas comment ils ont réussi à lui faire changer d'avis. L'idée nous semblait géniale. Elle, elle est élue donc c'est peut-être compliqué pour elle d'avoir beaucoup de pression de la part du parti.

Le discours, c'est de dire que tout le monde se travestit en politique. On demande aux hommes de porter un costume-cravate. Moi je dénonce cette obligation au travestissement. Certains membres proches de moi me soutiennent, la co-secrétaire de la condition féminine Corine Faugeron me soutient aussi. Ce sont souvent les gens qui sont dans le parti depuis longtemps et qui ont cette culture libertaire, qui se perd avec les jeunes techno' qui arrivent dans l'idée de faire carrière.

Le fond du sujet c'est l'autodétermination de genre, le fait que la politique soit ouverte à tout le monde y compris à des travestis et des prostitués. L'idée est d'ouvrir les possibles en terme d'expression de genre. On attaque beaucoup sur la forme mais on ne s'intéresse pas au fond. Qu'est ce qui est possible de faire en politique, qu'est qu'on a le droit de faire?"

Douchka Markovic, la candidate titulaire: "il a brisé la confiance"

Jointe par RMC.fr, Douchka Markovic regrette vivement la polémique. "Au moment de la photo nous n'étions pas investis officiellement. J'ai accepté de prendre cette photo, je me suis dit que c'était marrant. C'était rigolo mais les conséquences ne me font pas rire", a-t-elle expliqué.

Mais le résultat ne la satisfait pas: "En fait, je me trouve horrible sur cette photo! Le cadrage est horrible! On est quand même sur des élections législatives". Elle propose donc à Thierry Schaffauser de l'utiliser sur un tract mais pas comme affiche officielle. "Il faut pouvoir expliquer aux gens le sens de cette photo. Sinon les gens vont trouver ça drôle ou ridicule", a-t-elle estimé. Son suppléant refuse et la poste sur les réseaux sociaux.

"Il a cassé la confiance entre nous. Cette photo va rester jusqu'à la fin de ma vie, elle va entacher ma carrière. Je regrette qu'il m'ait forcé la main", déplore-t-elle. "Il voulait faire de la provc', il a réussi", conclut-elle.

De son côté David Cormand, secrétaire national d'EELV, a estimé que l'affiche était "maladroite" et regrette que Thierry Schaffauser ne se soit pas assuré que "la tête de liste soit d'accord avec le choix de l'affiche".

Propos recueillis par Paulina Benavente