RMC

Deux députés LREM soupçonnés d'embaucher les enfants de leurs collègues: "On ne fait que contourner la loi"

-

- - -

Jeudi, dans un courrier au président de l'Assemblée nationale, le député UDI d'Eure-et-Loir Philippe Vigier s'insurge contre les "embauches croisées" et "petits arrangements" entre parlementaires, révélés par StreetPress. Il réclame un rappel de "l'esprit de la loi" de moralisation votée cet été, et voulue par la majorité. A ses yeux, il faut mettre fin à ces contournements et du même coup à "l'antiparlementarisme", dit-il à RMC.fr.

Philippe Vigier, député UDI et membre des Constructifs, est l'auteur d'un courrier qui dénonce les parlementaires qui embauchent les enfants de collègues ami, après les révélations de StreetPress.

"Je demande tout simplement dans ce courrier que la loi que nous avons votée dans l'hémicycle au mois d'août soit appliquée et qu'il n'y ait pas d'embauches croisées entre députés. Ce type de pratiques ne fait que dévoyer cette loi, qui est tout de même voulue par la République en Marche! Nous, Constructifs, avons voté cette loi confiance, qui édictait des règles de recrutement stricte des collaborateurs parlementaires. Je n'imagine pas une seule seconde que certains aient envie de contourner la loi.

A l'heure actuelle, il y a tout de même des députés qui sont en train de licencier leur conjoint ou un membre de leur famille pour appliquer cette loi. Alors j'espère que ceux qui à La République en Marche expliquent qu'il faut de la morale dans le fonctionnement ne se livrent pas à des pratiques selon lesquelles "j'embauche ta fille, mon fils, mon cousin, et on ferait ça de façon croisée entre les bureaux". Ce n'est pas interdit pas la loi, mais ça revient à la contourner.

"Le sport national, c'est de se faire les parlementaires matin, midi et soir"

J'en ai marre de l'antiparlementarisme. On voit bien que le sport national, c'est de se faire les parlementaires matin, midi et soir. Rien ne doit être sous le tapis, rien ne doit être caché. Soit cette rumeur est fondée et, même si ces pratiques ne sont pas illégales, je demande à ce qu'on ne contourne pas la loi. Soit en revanche cette rumeur n'est pas fondée, et je demande à ce que ceux qui ont écrit cela soient poursuivis.

Lors des débats cet été, j'avais proposé l'interdiction des emplois familiaux au sein des groupes parlementaires, et cela a été rejeté. Le gouvernement a dit non, et les députés ont suivi. Les journalistes à l'époque ne l'avaient pas relevé. Mais il n'y a pas de raison qu'on puisse interdire les emplois familiaux aux députés et pas aux groupes parlementaires.

La majorité LREM n'a pas eu de mots assez durs pour supprimer la réserve parlementaire. Alors que ce n'étaient pas des fonds secrets! C'était simplement des crédits alloués à des communes, des associations avec une traçabilité totale. J'espère que la morale les accompagne et qu'ils n'essaient pas de contourner les lois qu'ils ont eux même votées. Le "Nouveau Monde" devrait être celui qui montre le vrai chemin…"

Propos recueillis par Paul Conge