RMC

Eric Zemmour: dans les coulisses de "Livre Noir", la chaîne YouTube qui suit le polémiste

INDISCRETION RMC - "Le Journal du Off",  tous les matins 5h36 sur RMC: infos, coulisses, indiscrétions avec le service politique, pour tout savoir, tout comprendre à quelques mois de la présidentielle.

A sept mois de la présidentielle, Eric Zemmour serait-il devenu infréquentable?

En tout cas, il a fait fuir du monde dimanche à la "Journée du conservatisme" à Asnières-sur-Seine, grand raout de la droite de la droite organisé par le Mouvement conservateur (que vous connaissez peut être mieux sous le nom de "Sens commun"), parti qui est associé aux Républicains.

La plupart des prétendants à droite pour la présidentielle étaient invités. Mais lorsqu'ils ont su que le polémiste était lui aussi convié, certains ont fait marche arrière. Michel Barnier a annulé sa venue officiellement pour raisons d'agenda, Valérie Pécresse devait au minimum envoyer un message vidéo, mais ne l'a pas fait.. Quant à Guilhem Carayon, président des jeunes LR, il a fait savoir qu'il était malade.

Ce qui n'a pas empêché les sympathisants, qui, eux, avaient fait le déplacement d'accueillir Eric Zemmour comme une star. On a même pu entendre des "Zemmour Président" entonné à son arrivée.

Dans les coulisses de "Livre Noir"

Une ovation retransmise d'ailleurs en direct sur une chaine YouTube qui suit chacun des déplacements d’Eric Zemmour. Chaine qui a la vocation de devenir un média à part entière: elle s'appelle "Livre noir", créée il y a 5 mois par Erik Tegnér notamment, un ancien LR qui défend l'union des droites.

Pour financer "Livre Noir", Erik Tegnér vient de lever 300.000 euros de fonds... grâce à trois généreux donateurs.... qui font partie de l'entourage de Marion Maréchal, la nièce de Marine Le Pen aux idées très proches de celles d'Eric Zemmour. 

C'est d'ailleurs l'info du jour: une douzaine de journalistes ont été recrutés pour faire du reportage, des enquêtes et des interviews sur le modèle de "Brut". Immigration, insécurité... les thèmes abordés sont très à droite.

"Mais on ne va pas faire campagne pour Eric Zemmour, promet Erik Tegnér. On profite simplement de l'effet Zemmour". 

Emmanuel Macron toujours pas candidat à sa réélection mais ses soutiens s'organisent: c'est le off du jour

Environ 200 comités de soutien ont déjà vu le jour partout en France, selon un membre du Bureau exécutif de la République en marche.

Parmi les derniers en date, celui lancé la semaine dernière par Karl Olive, le maire ex-Les Republicains de Poissy. Objectif: faciliter la récolte des 500 signatures d’élus locaux, nécessaires pour se présenter à la présidentielle et compenser le faible ancrage local de la majorité présidentielle...

À la manœuvre en coulisses: le conseiller d’Emmanuel Macron, Thierry Solère, le ministre des Outre-Mer Sébastien Lecornu et l’ancien ministre Stéphane Travert. Selon un fidèle d'Emmanuel Macron, "Consigne a été passée d’agiter le Landerneau et de mettre tout le monde en branle. En gros, il faut faire la pré-campagne avant que le président de la République ne se déclare".

Et on termine avec le naufrage du week-end signé Ségolène Royal 

Ca avait échappé à tout le monde mais l'ancienne ministre socialiste se présentait à une élection de sénateurs des Français de l'étranger, ce week-end. Mais Ségolène Royal qui s'était vue refuser l'investiture du Parti socialiste a été battue et pas qu'un peu.

Elle n'a en tout recueilli que 11 voix sur les 533 possibles dans cette élection où seuls votent les grands électeurs. Ca la fout mal quand même pour une ancienne finaliste à la présidentielle, commentait l'équipe d'une de ses adversaires à ces sénatoriales. 

Le service politique de RMC