RMC

Êtes-vous encore attachés à l'Union européenne?

La campagne se termine ce soir. Dans deux jours, la France vote. Mais cette élection ne connaît pas le même engouement que d’autres. Selon les dernières enquêtes d’opinions, seuls 4 Français sur 10 se déplaceront dimanche.

Les européennes n’ont jamais été une élection très mobilisatrice. Et la participation n’a fait que s’étioler depuis le début. En 1979, 6 Français sur 10 se déplaçaient. Dans les années 80 et 90, c’était la moitié du corps électoral. Et depuis 2004, seuls 4 Français sur 10 se rendent aux urnes.

Selon le dernier sondage Elabe pour BFMTV, 46% des Français se disent certains d’aller voter dimanche. André fait partie de ceux-là parce qu’il croit encore en l’Europe.

28% des Français considèrent l’Europe comme une source d’espoir

"Ca nous facilite la vie tous les jours avec la monnaie unique et la libre circulation des personnes. Je suis Français avant tout, avec nos traditions nos coutumes, mais Européen quand même aussi."

Mais le point de vue d’André est minoritaire. Seuls 28% des Français considèrent l’Europe comme une source d’espoir. C’est 2 fois moins qu’il y a 15 ans.

La France championne de l'euro-scepticisme?

Pour la majorité des Français, la démocratie européenne fonctionne mal. Ils préféreraient que l’Union s’implique moins dans la politique des Etats. Une mauvaise image qui favorise l’abstention selon Pierre Esplugas-Labatut, enseignant de droit public à l’université Toulouse 1 Capitole.

"Parmi les multiples causes qui risquent d'expliquer une abstention importante, c'est que l'Europe n'est pas un Etat. L'Etat se définit en fonction de deux éléments: des éléments concrets communs, du type territoire commun et sentiment d'adhésion au projet d'état. Or cette adhésion fait défaut. Cela se traduit par un refus de participation à cette élection dont les enjeux sont mal compris."

Selon le nouveau “parlemètre”, un outil qui prend le pouls de l’opinion des citoyens de l’Union tous les six mois, c’est en France que l’euroscepticisme et les critiques vis-à-vis des institutions sont parmi les plus vives : plus d’un Français sur cinq (21%) serait prêt à quitter l’Union européenne.

Matthieu Rouault