RMC

Huée à la manif des profs, lâchée par le maire de Marseille: journée noire pour Anne Hidalgo

La campagne présidentielle de la maire de Paris Anne Hidalgo ne décolle toujours pas, alors que la journée de jeudi devait être un tremplin.

Ce devait être une journée pour relancer à nouveau sa campagne. Anne Hidalgo a présenté son programme devant la presse à Paris, ce jeudi. Un projet "riche, neuf, complet et financé" selon la candidate, détaillé en 70 mesures.

Parmi elles: augmentation du Smic de 15%, "tiers payant" pour la rénovation thermique des logements, limitation des écarts de rémunération de 1 à 20 dans chaque entreprise ou instauration d’un référendum d’initiative citoyenne.

De quoi relancer sa campagne? La candidate, toujours située entre 3 et 4% dans les sondages, n'arrive pas à sortir du marasme.

>> Tous les podcasts de RMC

La journée a tourné un peu plus au cauchemar lors de la manifestation des profs dans Paris

Avec la présentation de son programme, Anne Hidalgo espérait calmer les tensions au sein de sa famille politique. Des tensions qui éclatent au grand jour depuis son renoncement à participer à la primaire populaire. Mais aucune mesure n'est sortie du lot lors de cette conférence de presse.

La journée a tourné un peu plus au cauchemar lors de la manifestation des profs dans Paris. La candidate PS a été sifflée et interpellée par des manifestants, qui lui reprochent le bilan du quinquennat Hollande en matière d'éducation.

Remise en cause au sein même du PS

Ensuite, dans la soirée, elle a été pratiquement lâchée par le maire de Marseille Benoit Payan. Dans une interview à Libération, l'élu PS annonce qu'il soutiendra le vainqueur de la primaire populaire, et assume donc de ne pas soutenir Anne Hidalgo si Christiane Taubira l'emporte.

Pour couronner le tout, Anne Hidalgo devrait faire face à une nouvelle candidature à gauche dès samedi puisque Christiane Taubira doit officialiser sa candidature à Lyon. De mal en pis.

Romain Cluzel (avec J.A.)