RMC

"Il joue à un jeu très dangereux": chez LREM, Gérald Darmanin agace de plus en plus

INDISCRETION RMC - Après la passe d'armes entre le ministre de l'Intérieur et la tête de liste socialiste aux élections régionales en Ile-de-France, en coulisses, les langues se délient.

Plainte contre plainte... Ou juste un effet d'annonce? Gérald Darmanin a annoncé dimanche soir porter plainte contre Audrey Pulvar, tête de liste des socialistes aux élections régionales en Ile-de-France, l'accusant de "diffamer la police", notamment après avoir jugé "glaçante" la manifestation policière devant l'Assemblée nationale. La candidate socialiste a en retour porté plainte contre le ministre pour "dénonciation calomnieuse" et "diffamation".

Mais si le dossier semble bloquée, dans la majorité, l'ambiance est particulièrement tendue, avec cette question: Gérald Darmanin va-t-il trop loin? Lundi, les premières critiques commençaient ainsi à fuser dans son propre camp. Car quand le ministre de l'Intérieur montre les muscles, une partie de la majorité se crispe: "Il joue à un jeu très dangereux" s'agace un macroniste.

>> A LIRE AUSSI - Manifestation "glaçante" des policiers: pourquoi la plainte de Gérald Darmanin contre Audrey Pulvar a peu de chances d'aboutir?

"Il a réussi à réconcilier toute la gauche"

En cause: à quelques semaines des élections régionales, le ministre de l'intérieur, chargé de la bonne organisation du scrutin, porte plainte contre une candidate de l'opposition. Il n'en fallait pas plus pour que la gauche dénonce une intimidation..

"En démocratie, on ne porte pas plainte contre ses opposants, on les combat" s'étrangle un marcheur tendance aile gauche, qui anticipe que la plainte du ministre de l'intérieur ne soit même pas recevable, après sa participation contestée à la manifestation des policiers mercredi dernier.

"Darmanin va sortir totalement discrédité de cette séquence" regrette un ponte de la majorité, avant d'ironiser, "La conséquence politique, c'est qu'il a réussi à réconcilier toute la gauche, et pour ça, je dis chapeau l'artiste"... 

Paul Barcelonne