RMC

"Qui aurait pu prédire la crise climatique?": Emmanuel Macron fait bondir les spécialistes du climat

Lors de ses voeux du 31 décembre, Emmanuel Macron a posé une question qui a agacé de nombreux spécialistes du climat. Revenant sur les événements passés dans l'année, il a demandé: "Qui aurait pu prédire la crise climatique et ses effets spectaculaires cet été dans notre pays ?". "Nous", répondent-ils les climatologues. Ils alertent sur le dérèglement climatique depuis au moins 30 ans.

Alors qu'il présentait ses vœux le 31 décembre à 20h, Emmanuel Macron est revenu sur les différents événements qui ont marqué l'année. Il a, notamment, classé les événements climatiques récents parmi les défis "inimaginables" que la France a à traverser, au même titre que l’inflation et la guerre en Ukraine. 

Le problème est qu'une de ses phrases sur la crise climatique et ses conséquences a fait bondir les spécialistes du climat. En effet, il a dit: "Qui aurait pu prédire la crise climatique et ses effets spectaculaires cet été dans notre pays ?"

À cette question ils sont un certain nombre à répondre: "Nous. On aurait pu le prédire, d’ailleurs on l’a prédit et on vous a prévenu." C'est le cas de Jean Jouzel, climatologue qui raconte qu'en 2013, il est allé à l’Élysée pour présenter le cinquième rapport du GIEC au président François Hollande.

Emmanuel Macron a été alerté

Ce rapport, tout comme les précédents, annonçait comme quasi certain une augmentation des températures moyennes avec des épisodes extrêmes. Ce jour-là, lorsque Jean Jouzel a alerté le président, le secrétaire général adjoint de l’Élysée était présent dans la pièce. Il s’appelait Emmanuel Macron.

Le climatologue explique à France Info que cela fait longtemps qu'ils savent que des événements de plus en plus exceptionnels comme ceux de l’année 2022 vont se produire. Pour lui, la surprise n’est pas ce qui s’est passé l’an dernier, ça serait le contraire: que les records ne soient pas régulièrement battus.

Le président de Ligue de protection des oiseaux, Alain Bougrain-Dubourg, s'est dit, lui, "consterné", sur RMC ce mardi. Certains parlent d’un discours qui date des années 1980, c'est-à-dire avant le premier rapport du Giec qui date de 1990. D’autres rappellent qu’il y a 20 ans, au sommet de la Terre en Afrique-du-Sud, Jacques Chirac déclarait : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs".

L'année de tous les records

La géologue Magali Reghezza-Zitt, membre du Haut Conseil pour le climat, voit dans cette phrase un "discours de capitulation" parce que, pour elle, dire que c'était "imprévisible", c’est reprendre les arguments de ceux qui disent "on ne savait pas et donc on ne pouvait rien faire". Elle rappelle d'ailleurs qu'elle s'est rendue plusieurs fois à l'Élysée ces dernières années pour alerter sur la situation.

Cette année a été celle de tous les records, aussi bien en été qu'en hiver. Peut-être que ce que voulait souligner le président de la République, c'est qu'il était difficile de prédire l'ampleur des phénomènes qui se sont multipliés cette année: canicules, sécheresse, feux de forêt. 

L’année 2022 a bien été la plus chaude jamais observée en France depuis le début des statistiques en 1900. Le précédent record était celui de 2020. Les 11 derniers mois de 2022 ont tous été au-dessus des normales saisonnières. Il y a eu des températures dépassant 34°c au mois de mai, ce qui n'était jamais arrivé et il y a eu trois canicules en été.

C’est le mois d’octobre qui a été le plus extrême. Il a fait, en moyenne, 3,5 °c de plus que les normales: c’est ce que les météorologues appellent une anomalie.

Nicolas Poincaré