RMC

"Je suis pour une primaire à droite", plaide Brice Hortefeux sur RMC

Le député européen et membre du bureau politique des Républicains Brice Hortefeux s'est dit ce mardi sur RMC favorable à une primaire à droite. Une primaire que le bureau politique des LR devrait officialiser ce mardi.

La bagarre commence à droite. Les Républicains doivent se retrouver ce mardi à 17h à l'occasion d'un bureau politique et acter l'organisation d'une primaire en vue de la présidentielle. Déjà quatre ténors du parti ont fait part de leur envie d'organiser un tel scrutin alors que le favori, Xavier Bertrand, semble un peu frileux.

Le député européen et membre du bureau politique des Républicains Brice Hortefeux s'est dit ce mardi sur RMC favorable à une primaire à droite: "Je suis totalement contre ceux qui sont opposés à la primaire, je suis pour la primaire", a assuré l'ancien ministre. "C'est une opportunité pour mettre autour d'une table ceux qui ont des convictions et aspirent à exercer des fonctions parce qu'ils portent des valeurs. C'est remarquable qu'il y ait ces caractères".

"On a la chance d'avoir des talents"

"Les régionales ont été un grand succès pour les Républicains. Et il y a deux réflexions. Deux Français sur trois ne veulent pas un duel Le Pen/Macron et la même proportion pense que la droite républicaine peut gagner. Les Républicains, c'est la force de l'alternance, LaREM est un mirage, le RN est une impasse, la gauche un puzzle. On a une responsabilité bien précise, c'est de proposer l'alternance", assure Brice Hortefeux. Et l'ancien ministre de présenter les forces en présence:

"On a la chance d'avoir des talents, on a Bruno Retailleau qui s'appuie sur des convictions fortes, claires, nettes. On a Michel Barnier, qui a une personnalité, une aura, une grande expérience internationale et on s'aperçoit qu'entre amateurisme et expérience, il faut un peu d'expérience"
"On a Valérie Pécresse qui a remporté un grand succès dans une région difficile et qui ajoute une sensibilité environnementale et féminine. Et on a Laurent Wauquiez qui a remporté un succès éclatant. Il a des convictions claires et assumées et en même temps il est resté lui fidèle à sa famille politique quelles que soient les circonstances".

Un petit tacle envers Xavier Bertrand, parti des Républicains depuis décembre 2017 après l'élection justement de Laurent Wauquiez à la tête du parti.

>> A LIRE AUSSI - Affaire des "écoutes": Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont un an ferme pour corruption

Un quinquennat marqué par le "désordre social", le "désordre sanitaire" et le "désordre migratoire"

Car c'est déjà le temps des alliances et des règlements de compte. Alors que Guillaume Peltier le numéro deux du parti a déjà fait part de son souhait de soutenir Xavier Bertrand sans passer par une primaire. Une déclaration qui devrait lui coûter sa place. Le président des Républicains doit annoncer ce mardi sa décision de retirer à Guillaume Peltier son titre de vice-président délégué du parti.

Et la primaire permettrait d'évoquer l'état et l'avenir du pays, et peut-être d'esquisser un brouillon de programme pour la présidentielle plaide Brice Hortefeux: "Ce qui compte c'est de savoir si l'on va engager des réformes, si l'on va répondre aux interrogations de nos concitoyens. Il y a une réalité. La marque de ce quinquennat, qu'est ce qu'il va en rester? le désordre social avec les "Gilets jaunes", le désordre sanitaire avec la gestion de la crise hallucinante par rapport aux autres pays et le désordre migratoire: on est passé de 182.000 titres de séjours en 2011 à 270.000 en 2019".

Très critique du bilan du gouvernement, Brice Hortefeux a pourtant une pensée pour Eric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice qui doit être prochainement mis en examen pour "prise illégale d'intérêts": "Je ne pense pas qu'il doive démissionner s'il est mis en examen. La mise en examen n'est qu'une mesure pour avoir accès au dossier", assure confraternel l'ancien ministre, lui-même mis en examen pour "financement illégal de campagne électorale" et "association de malfaiteurs" dans le cadre de l’affaire libyenne.

>> A LIRE AUSSI - Soupçons de prise illégale d'intérêts: pourquoi Eric Dupond-Moretti a rendez-vous le 16 juillet devant les juges pour une mise en examen?

Guillaume Dussourt