RMC

"Les Français sont à la recherche d'une nouvelle offre politique", estime Guillaume Larrivé, candidat surprise à la présidence des Républicains

Fort de 1500 parrainages de militants, Guillaume Larrivé candidat surprise, fait figure d'outsider dans la course à la présidence des Républicains.

Les candidats à la présidence du parti Les Républicains ont encore 11 jours pour se déclarer candidat à la Présidence des Républicains. Les potentiels candidats doivent récolter 1 311 parrainages d’adhérents (soit 1% des adhérents) et obtenir 13 soutiens de parlementaires pour se présenter.

Pour le moment, trois personnalités se sont déclarées candidates : le patron des Républicains à l’Assemblée nationale Christian Jacob, le député du Vaucluse Julien Aubert et enfin un candidat surprise, Guillaume Larrivé, député de l’Yonne, qui a entamé un tour de France des fédérations.

"Quelqu'un qui a toujours été discret"

Jeudi, c'est bien loin des salles surchauffées et des grands meetings, sans micro, sans tribune et dans un petit local annexe de la mairie de Dieppe que Guillaume Larrivé a rassemblé ses soutiens: "Mon idée ce n'est pas de débiter des slogans creux, c’est d’avoir des réunions avec nos compagnons républicains", a-t-il expliqué à RMC.

Au dernier pointage, le député de l’Yonne comptait 1500 parrainages, suffisant pour se lancer dans la course à la présidence du parti. Mais certains militants s’interrogeaient sur les capacités du jeune quadra à redresser un parti moribond.

"Je ne peux pas vous dire qu’il va réunir des millions de personnes à la Concorde dans six mois, je n’en sais rien. C’est quelqu’un qui a toujours été discret et qui n’a jamais tiré la couverture vers lui", expliquait Jean-Michel, un militant local.

Pas question d'être candidat aux présidentielles

Pour son opération séduction, Guillaume Larrivé l’a joué décontracté, en chemise et jean, pour vendre un grand projet de gouvernement pour l’après-Macron : "Je crois que les Français sont à la recherche d’une nouvelle offre politique", estimait-t-il.

"C’est à nous de faire des propositions mais des propositions réalistes. Il faut les chiffrer et les montrer, on ne peut pas rester à la traîne", martelait un militant séduit.

Mais Guillaume Larrivé le jure, malgré un programme ambitieux, pas question pour l’heure d’être candidat à la présidence de la République.

Paul Barcelonne (avec Guillaume Dussourt)