RMC

"Les Républicains n'ont qu'à lui faire l'investiture pour 2022!": Macron a-t-il définitivement viré à droite?

Le nouveau gouvernement apparaît marqué à droite après la nomination notamment de Gérald Darmanin, figure de la droite, à la tête du ministère de l'Intérieur.

Le gouvernement d’Emmanuel Macron vire-t-il totalement à droite ? C’est ce qu’estiment de nombreux politiques de tous bord après la nomination à la tête du gouvernement de Jean Castex et au ministère de l’Intérieur de Gérald Darmanin.

À droite, on déplore même un pillage des personnalités : "C’est facile de faire son marché dans la droite française, c’est une façon de la déstabiliser et ça montre que son vivier est beaucoup plus étroit qu’on ne le dit. Il est en train de sacrifier l’aile centre-gauche de sa majorité", a déploré sur RMC Philippe Gosselin, député Les Républicains de La Manche. 

"Je n’ai jamais cru que Macron était très à gauche. Les Républicains ils n'ont qu'à lui faire l'investiture pour 2022 comme ça, c'est réglé ! Ils auront au moins quelqu'un à l'Élysée !", a ironisé Didier Giraud. "C’est aux gens d’accepter ou pas d’entrer dans un gouvernement", a-t-il ajouté, estimant ses choix étaient cohérents.

"Le Drian, c’est l’homme qui ne fait aucun bruit quand, dans le monde, il se passe des choses graves"

Et la promesse d’Emmanuel Macron de mélanger ministres de droite et de gauche serait toujours d’actualité ajoute l’agriculteur évoquant le cas du ministre des Affaires étrangères: "Je ne crois pas que Le Drian soit un baron de la droite".

Mais aux yeux de Marie-Anne Soubré, Jean-Yves Le Drian, plutôt considéré à gauche donc, brille par son absence: "Le Drian, c’est l’homme qui ne fait aucun bruit alors que dans le monde il se passe des choses graves. Il est où notre ministre des Affaires étrangères? C’est le fantôme du gouvernement, donnez-moi un acte fort de la France de ces dernières années!", a-t-elle lancé.

Les ministres de gauche brilleraient-ils donc par leur absence? Peut-être mais la donne pourrait changer avec la nomination lundi d’Eric Dupond-Moretti à la tête du ministre de la Justice, connu pour porter des convictions marquées à gauche.

G.D.