RMC

"Malheureusement, il faut en arriver là pour qu'on soit enfin reconnu": désabusés, les personnels hospitaliers réagissent aux annonces d’Emmanuel Macron

Quelques minutes après l'allocution du chef de l'Etat ce mercredi, devant le centre hospitalier de Mulhouse, RMC a rencontré des soignants à la fin de leur journée de travail, désabusés par les annonces d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi un plan d’investissement pour les hôpitaux. Prime pour les soignants, majoration des heures supplémentaires… Quelques minutes après ces annonces, les personnels du centre hospitalier de Mulhouse ont réagit à cette prise de parole.

"Ne serait-ce que 150 ou 200 euros, ce serait la moindre des choses"

Après 8 heures de soins auprès de patients atteints de coronavirus, pause cigarette sur le parking de l’hôpital. Antony, infirmier, a suivi d'un œil les annonces du chef de l'Etat dans les couloirs de son service.

"Il faut malheureusement ça pour qu'on soit enfin reconnu. On attend de voir. On n’est pas des héros, c'est notre quotidien on espère qu'il va tenir pour qu'on se rende compte de la réalité des soignants".

Emmanuel Macron promet une revalorisation des heures supplémentaires et une prime exceptionnelle, sans précision sur le montant pour l’instant: "Ne serait-ce que 150 ou 200 euros, ce serait la moindre des choses, on est payés vraiment rien du tout. On ne fait pas ce métier pour l'argent, c'est limite une vocation". 

"Ça rend amer"

Une vocation, un engagement, reconnu trop tard, selon Hanane, elle aussi infirmière: "De voir les médecins en grève depuis un an, de se retrouver dans une épidémie où on n'a pas pu faire face, c'est quand même grave. D’arriver à un drame une tragédie. ça montre bien que notre cri c'était pas pour ça, ça rend amer". 

Tous restent soudés. Ils rentrent se reposer, avant d'affronter les prochains jours qui s'annoncent encore très difficiles dans leurs services.

Marie Monier et Caroline Philippe (avec C.P.)