RMC

Meetings, surprises, soutien de Nicolas Sarkozy... Comment Valérie Pécresse compte booster sa campagne

La candidate à la présidentielle, gagnante de la primaire des Républicains, stagne dans les sondages, au coude à coude avec Marine Le Pen et Eric Zemmour en vue d'une accession au second tour.

Pour Valérie Pécresse, ce mois de février est un peu "Rendez-vous en terre inconnue". Cette émission où un people est emmené les yeux bandés vers une destination inconnue, en immersion dans une contrée lointaine auprès de populations autochtones. C’est un peu le programme de Valérie Pécresse pour ce mois de février.

"En janvier, elle a fait le boulot d’infusion, elle a rassemblé", nous détaille un conseiller. Maintenant, il faut se lancer: "On sert des paluches, on fait 2-3 propositions dans un maximum de départements et on se barre".

Sans oublier les effets de surprise, insiste ce stratège habitué aux campagnes présidentielles. Sitôt dit, sitôt fait. Mercredi soir, Valérie Pécresse a passé la nuit, non pas en terre inconnue, mais sur le porte-avions Charles de Gaulle au milieu des militaires français engagés en Méditerranée.

Une faiblesse sur les discours?

Valérie Pécresse compte aussi se relancer grâce à un meeting prévu le 13 février prochain au Zénith de Paris. "C’est la prochaine grosse séquence", confient les proches de la candidate, qui est un peu en perte de vitesse dans les sondages. Un meeting qui aura valeur de test. "Il ne faudra pas le rater". Car en réalité, certains doutent de ses qualités: "Ce n’est pas son truc les meetings, elle a une faiblesse sur les discours".

Mais la mutation est en cours, nous promet-on. "Valérie Pécresse manque un peu de chair. Mais ça va le faire. Une campagne, c’est une transformation hormonale..." Allez comprendre. Valérie Pécresse attend surtout de voir Emmanuel Macron descendre dans l’arène. "Pour l’instant, elle n’a pas de punchingball", regrette un conseiller.

Toujours pas de soutien de Nicolas Sarkozy

Quand on évoque la question avec des sarkozystes, il n’y a pour eux, aucun sujet. L’ancien président la soutiendra. La question est plutôt quand. "Il faut qu’elle le traite, elle dit toujours qu’elle est chiraquienne. Et le kärcher, quelle connerie".

De son bureau, rue de Miromesnil, il distille en tout cas messages et conseils. Selon ses proches, "Valérie n’a pas intérêt à ce qu'il la soutienne trop tôt et lui non plus, sinon il devrait se taper tous les meetings".

Viendra-t-il au dernier grand rassemblement de campagne de Valérie Pécresse ? Certains le prédisent déjà. Un meeting qui, selon nos informations, pourrait avoir lieu le 29 mars à Bercy à Paris. 

Jérémy Trottin (édité par J.A.)