RMC

Municipales: une grande coalition écologiste à Paris? Les explications de David Belliard (EELV) sur RMC

David Belliard, candidat écologiste à la mairie de Paris, est revenu ce mardi matin sur RMC sur ses propositions et sur les possibilités d'alliances politiques avec ses concurrents.

La maire de Paris sortante Anne Hidalgo a confirmé dimanche qu'elle tenterait en mars de briguer un second mandat. David Belliard sera le représentant d'Europe Ecologie-Les Verts pour cette élection municipale particulière. Son parti avait signé un accord entre les deux tours en 2014 pour fusionner avec les listes d'Anne Hidalgo. Le scénario se répétera-t-il en 2020?

Le candidat investi par EELV a ces derniers mois tendu la main au candidat dissident de La République en Marche (LREM), Cédric Villani. Un geste qui a surpris plusieurs membres de la majorité actuelle, et agacé dans son parti écologiste.

Il veut "changer les choses" avec une coalition "après le 2e tour" de LFI à Villani

Pour Emmanuel Grégoire, directeur de campagne d'Anne Hidalgo, nul doute qu'"EELV nous tendra la main, et nous aurons plaisir à la serrer". Plus critique, un élu socialiste de premier plan à Paris s'interrogeait sur cette proposition insolite: "C'est incompréhensible ! Belliard a remis Villani dans le jeu, le fait monter".

David Belliard a tenté de clarifier sa stratégie ce mardi matin sur RMC alors que les derniers sondages le créditent de 12% des suffrages. 

"Ce que j'ai proposé c'est de faire une grande coalition pour le climat. On a une urgence climatique. Ce que je souhaite c'est que, pour faire une révolution écologiste à Paris, il y ait une grande et large majorité. J'ai expliqué en toute transparence avec qui on peut parler après le deuxième tour.
Cette coalition, idéalement, irait de Danielle Simonnet (LFI) à Cédric Villani (LREM dissident) sous condition qu'il rompe avec le gouvernement qui mène une politique anti-climat."

Si les Verts ont participé aux majorités municipales depuis 2001 en coalition avec Bertrand Delanoë, "ce cycle s'arrête"c selon David Belliard, qui estime que "la situation n'a plus rien à voir" et qu'aujourd'hui il faut "changer les choses".

J.A.