RMC

"Nous ne reviendrons pas en arrière": Marine le Pen confirme sa ligne pour 2022

Malgré cet échec aux Régionales, Marine Le Pen a confirmé qu'elle resterait droit dans ses bottes pour la présidentielle.

Le Rassemblement national a tenu son congrès ce week-end à Perpignan. Grand rendez-vous des élus et des militants pour mettre le parti en ordre de marche pour 2022 à une semaine de l'échec aux Régionales. Marine Le Pen a été réélue pour un quatrième mandat à la tête du parti avec 98.5% des voix. Elle a confirmé qu'elle laisserait l'intérim de la présidence à son bras droit Jordan Bardella à la rentrée.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi le Rassemblement national n'y arrive pas?

Marine Le Pen qui ne compte pas changer de stratégie d'ici 2022. La patronne du Rassemblement national balaye d'un revers de main les doutes sur la ligne de son parti.

“Nous ne reviendrons pas en arrière, nous ne reviendrons pas au Front national. Nous devons au contraire ne pas nous enfermer dans des postures, mais continuer à nous ouvrir. Nous avons vu juste sur l’immigration, sur l’ensauvagement de la société, sur la mondialisation”, a-t-elle indiqué.

Une dédiabolisation trop importante? 

Dans la salle, la plupart des militants pointent du doigt l'abstention sans remettre en cause les choix de leur cheffe. “Pour gagner, il faut rassembler et c’est ce que Marine a entrepris depuis quelques années, le rassemblement” indique un jeune militant. “Je suis un inconditionnel de Marine le Pen. Il faut écouter tout le monde, et le faire en douceur pour que personne ne s’éloigne”, ajoute un autre.

Robert, adhérent depuis une dizaine d'années, a quand même quelques regrets.

"Je crois que la dédiabolisation entamée par Marine est allée un peu trop loin. Il faut revenir en arrière. Ce qu’a dit Marine sur l’Islam, que c’est compatible avec la République française, c’est faux”, estime-t-il.

Un appel au retour aux sources de plus en plus rare en interne. 

Pierrick Bonno avec Guillaume Descours