RMC

"Parachutage" de Christophe Castaner: la CGT du port de Marseille appelle à la grève

L'ancien ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, va être nommé président du Conseil de surveillance du Grand Port maritime de Marseille. Une nomination qui ressemble surtout à un parachutage pour celui qui a été battu aux législatives. La CGT du port a déposé un préavis de grève et se rassemble ce jeudi matin.

La CGT du port de Marseille se mobilise ce jeudi. Un rassemblement est prévu à 9h devant les portes du siège de la CMA-CGM au port de la Joliette, contre la nomination de Christophe Castaner. L'ancien ministre de l'Intérieur, battu aux législatives dans les Alpes-de-Haute-Provence, devrait être nommé président du Conseil de surveillance du Grand Port maritime de Marseille.

Cette nomination devrait intervenir le 14 octobre prochain lors du conseil d'administration de l'entité marseillaise. L'annonce a été faite par le président de la région Sud, Renaud Muselier.

Le poste était vacant depuis le décès du président sortant en décembre 2020. A Marseille, le parachutage de l'ancien ministre de l'Intérieur divise.

“On peut se poser la question de retrouver un peu toujours les mêmes noms et les mêmes visages. On se dit que les réseaux relationnels doivent bien fonctionner. On pourrait peut-être apporter du nouveau. C’est scandaleux, c’est censé être quelqu’un qui connaît nos valeurs et la politique au niveau régional”, appuient certains d’entres eux.

Un poste non-rémunéré selon Castaner

Pour la CGT du port de Marseille, ce n'est pas tant un problème d'attache géographique. C'est simplement que l'ancien ministre n'a pas le CV pour le poste, lui reproche Pascal Galeoté, secrétaire général du syndicat.

“Aucun des critères qui avaient été identifiés pour ce poste-là n’est rempli aujourd’hui avec la candidature de monsieur Castaner, sachant qu'y compris sur les aspects économiques de connaissance du territoire, il n’a aucune connaissance à ce jour donc aujourd’hui rien ne justifie ce parachutage voulu par les plus hauts sommets de l’Etat”, dénonce-t-il.

Christophe Castaner rappelle lui que ce poste est une présidence non-exécutive et qu'il ne percevra pas de rémunération pour l'occuper. Un préavis de grève a été déposé à partir de vendredi par la CGT.

Lola Baille et Nicolas Ropert avec Guillaume Descours