RMC

"Péter la gueule d'Emmanuel Macron": à Cannes, l'acteur Pio Marmaï provoque la polémique

"LE PORTRAIT DE POINCA" - Le portrait du jour c’est celui de Pio Marmaï, l’acteur qui a créé le scandale ce week-end à Cannes en disant vouloir "péter la gueule" d’Emmanuel Macron.

C’est un petit scandale, comme Cannes les adore. Avec en apparence, un comédien qui prône la révolution entre deux petits fours et deux nuits dans un palace. Cela s’est passé samedi. Présentation d’un film en compétition dans la sélection officielle: “La fracture” de Catherine Corsini. Conférence de presse et l’un des acteurs du film, Pio Marmaï déclare: “Macron, j’aimerai bien aller le chercher, en passant par les chiottes et lui péter la gueule”.

Stupeur et tremblement parce que jusque la Pio Marmaï n’était pas connu pour ses engagements politiques ou sa propension à la violence. C’est un acteur de 36 ans, qui construit une jolie carrière au théâtre et au cinéma. On l'a vu dans “Le premier jour du reste de ta vie”, il a été nominé aux Césars pour “En liberté” avec Adèle Haenel. Il était aussi dans "Thérapie", la série à succès sur Arte. Dans la vie, il forme un couple très glamour avec une danseuse de l'opéra de Paris.

Un malentendu?

Bref un garçon sympathique, brillant et sans histoire jusqu'à cette supposée déclaration de guerre au président de la République. La vidéo a été vue 300.000 fois pendant le week-end. Une ministre Elisabeth Moreno s’est dite choquée par la violence. Christophe Castaner, lui a décerné la palme d’or de la vulgarité, un député l’a comparé à Francis Lalanne, ce qui n’est pas un compliment.

Sauf que tout cela est sans doute surtout un grand malentendu. Les journalistes qui ont vu le film à Cannes, comme les correspondants des Échos ou du Figaro font remarquer que cette phrase, c’est une des répliques du personnage que joue Pio Marmaï dans le film. Le personnage d’un routier “Gilet jaune”, blessé par une grenade lors d’une manifestation. L’acteur aurait donc en fait citer une phrase du révolté qu’il incarne pour répondre à une question.

Et juste avant, il avait modestement précisé: “Je ne donne pas de leçon à personne et surtout pas au président”. Bref, tout cela ressemble à une tempête dans un verre d’eau. Grande spécialité du festival de Cannes.

Nicolas Poincaré